email print share on Facebook share on Twitter share on LinkedIn share on reddit pin on Pinterest

SAN SEBASTIÁN 2022 New Directors

Critique : Secaderos

par 

- Dans son premier long-métrage, Rocío Mesa bâtit une fable intéressante et pleine d’émotion sur le sentiment identitaire et la quête de liberté

Critique : Secaderos
Vera Centenera Carnero dans Secaderos

Il se passe aussi des choses dans les petits villages. Ces dernières années, une partie du monde du cinéma espagnol est parti tourner à la campagne. Tout se passe comme si soudain, on s'était rendu compte qu’il y a une vie au-delà de la grande ville.

Beaucoup des films de cette nouvelle génération de réalisateurs ont plusieurs traits en commun : des acteurs non professionnels ou peu connus, des histoires qui partent d’expériences personnelles et intimes, la construction d’un imaginaire propre à travers les traditions, la mise en avant des dérives des sociétés contemporaines en relation avec les conflits existants dans ces environnements ruraux, une narration fondée sur la minutie par rapport aux détails et sur le symbolique où l’action n’est pas la plus importante, et qui laisse du temps et de l’espace pour la contemplation et la réflexion. La réalisatrice grenadine Rocío Mesa appartient à cette génération. Son premier film, Secaderos [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Rocío Mesa
fiche film
]
, présenté au 70e Festival de San Sebastian dans la section New Directors, correspond à une partie de ces caractéristiques.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
sunnysideofthedoc_register_2024_innerMai

Le film, qui se déploie parmi les séchoirs à tabac de la plaine de Grenade, raconte les histoires parallèles d’une enfant de la ville qui vient passer l’été dans le village de ses grands-parents et d’une autochtone adolescente qui se sent prisonnière de cet endroit. À partir de là, la réalisatrice fouille ses souvenirs personnels pour livrer un récit où les genres se mêlent, qui fait l'effet d'une sorte sorte de fable sans propos arrêté. Le film évoque librement les étapes de la vie et la disparition d’un monde, et beaucoup d’autres choses. Une de ses grandes qualités vient de la décision de relater les choses en adoptant le regard des deux personnages principaux : celui de l’innocence et de l’imagination fantasque, et celui de la confusion et de l’incertitude. Grâce à ce choix de points de vue et à la crédibilité des personnages ainsi que de leur interprétation, la réalisatrice parvient à rendre avec sincérité et beauté les sentiments propres à ces deux étapes de la vie.

Si la proposition de Mesa n’est pas extrêmement originale (la construction d’un univers fictionnel à travers l’idiosyncrasie d’un lieu, en croisant le surnaturel et le réel, l'extraordinaire et l’ordinaire, fait déjà partie de la signature d'une partie de cette génération de cinéastes "ruralisés"), ça n’empêche pas le film de formuler des idées intéressantes. À la base, l’intention de raconter le rural à partir d’un ailleurs (en l'espèce, à travers l'intervention du fantastique) a quelque chose d'audacieux, mais la réalisatrice finit par être affectée par le même travers que certains de ses compagnons : son envie d'être "originale" est ce qui la perd. Le ton du récit se perd quand l’élément surnaturel n’est pas bien intégré à l’histoire comme si elle en était une composante naturelle, mais fait l'effet d'une incongruité un peu forcée.

En dépit de ce défaut, Secaderos reste un bel exercice de reconstitution de la mémoire sentimentale, et offre des moments qui résonnent d'une certaine magie. Le film parvient aussi à formuler des choses vraies sur le sentiment d’identité : à travers ses images et leur force symbolique, il pose des questions pertinentes sur ce que signifie être d'un lieu et vivre dans un lieu, sur la quête de liberté et les possibilités qu'offre cette liberté, sur la manière dont on devient la personne qu'on est, mais aussi sur le prix à payer en chemin.

Secaderos a été produit par les sociétés espagnoles La Claqueta PC, Un Capricho de Producciones, La Cruda Realidad et Secaderos La Película AIE, avec l'enseigne états-unienne Amplitud. Les ventes internationales du film sont assurées par Latido Films.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy