email print share on Facebook share on Twitter share on LinkedIn share on reddit pin on Pinterest

BLACK NIGHTS 2022 Compétition

Critique : A Cup of Coffee and New Shoes On

par 

- Dans son deuxième long-métrage, Gentian Koçi suit deux jumeaux sourds confrontés à un diagnostic médical indiquant qu’ils vont bientôt perdre également la vue

Critique : A Cup of Coffee and New Shoes On
Rafael et Edgar Morais dans A Cup of Coffee and New Shoes On

En 2013, deux frères jumeaux belges de 45 ans, tous deux fabricants de chaussures dans la ville de Putte, ont enfilé une nouvelle paire de chaussures et pris une tasse de café avec leur famille avant de leur dire au revoir et partir se faire euthanasier. Quoiqu’ils n’aient pas été diagnostiqués comme atteints d'une maladie terminale, ils étaient déjà sourds, or on leur avait annoncé qu'ils souffraient d'une maladie dégénérative qui allait finir par les rendre également aveugles, de sorte que leur demande d'euthanasie a été approuvée.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La prémisse de cette histoire a servi d’inspiration pour le deuxième long-métrage du réalisateur albanais Gentian Koçi, A Cup of Coffee and New Shoes On [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, qui vient de faire sa première mondiale en compétition officielle au Festival Black Nights de Tallinn et qui a été choisi dès avant cela pour représenter l’Albanie dans la course aux Oscars.

Agim et Gëzim (incarnés par les jumeaux portugais Rafael et Edgar Morais) sont deux jumeaux identiques et inséparables, sourds depuis leur naissance, ce qui signifie qu’ils sont l'un pour l'autre des compagnons de vie naturels. Ils vivent ensemble dans un appartement à Tirana où la petite amie de Gëzim, Ana (jouée par l’actrice kosovare installée aux États-Unis Drita Kabashi), leur rend visite régulièrement. Ils travaillent ensemble dans un atelier de charpenterie et passent leur temps libre ensemble - ils se rendent généralement dans leur chalet dans les montagnes.

Un jour, en revenant du travail, la vue d’Agim se trouble et il manque de peu de causer un accident mortel. Il va donc voir son ophtalmologiste. Le diagnostic n’est pas bon : il va bientôt perdre la vue, et pour ne rien arranger, la même chose va arriver à Gëzim un peu plus tard. À l’idée qu'après une vie entière passée dans le silence, ils vont devoir accepter également l’obscurité élargit le gouffre entre le monde et eux, et entre les deux frères. Une décision doit être prise, ce qu’ils vont faire en buvant une tasse de café, avec de nouvelles chaussures aux pieds.

A Cup of Coffee and New Shoes On clearly a clairement de nombreux traits en commun avec le premier long-métrage de Koçi, Daybreak [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Gentian Koçi
fiche film
]
(2017). C'est un exercice de subtilité soigneusement mesuré avec une mise en scène parfaite (comme le démontre la scène d’ouverture, qui dépeint la routine du trio), réalisé avec beaucoup d'attention aux détails. Les intrigues des deux films se déploient principalement à l’intérieur d'un appartement, mais A Cup of Coffee and New Shoes On se fiche encore davantage du monde extérieur, celui qui se trouve au-delà des limites de celui que partagent les deux frères, et se concentre plus sur leur état émotionnel.

Koçi renouvelle aussi ici sa collaboration avec le directeur de la photographie de Daybreak, Ilias Adamis, qui saisit toujours fidèlement les événements et les émotions en adoptant la juste distance, optant pour des prises statiques avec un cadrage rigoureusement symétrique. Alors que le rythme auquel se succèdent les prises, généralement longues, fonctionne parfaitement au début, grâce au montage de Myrto Karra, le ralentissement de tempo qui intervient en milieu du film menace d'entraver un peu le récit. Cependant, l’intensité des émotions qui se jouent entre les personnages maintient l’élan de l'ensemble.

Une attention toute spéciale a été portée au casting et au travail avec les acteurs. Les jumeaux Morais ont été sélectionnés dans le cadre d'un casting international : ce sont des acteurs professionnels qui ne sont pas sourds, mais ils ont dû apprendre la langue des signes albanaise pour leurs rôles. Ils s'acquittent à merveille de leur tâche premère, à savoir celle de canaliser la connexion entre les jumeaux, qui les aide à surmonter leur handicap.

A Cup of Coffee and New Shoes On est une coproduction entre l’Albanie, la Grèce, le Kosovo et le Portugal qui a réuni les efforts de Artalb Film Productions, Graal Films, Maria & Mayer and Added Value Films. Les ventes internationales du film sont gérées par m-appeal.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy