email print share on Facebook share on Twitter share on LinkedIn share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2023

Ildikó Enyedi pour le jury cannois des courts et de la Cinef

par 

- La cinéaste hongroise présidera le jury qui départagera les films en lice sur la Croisette en mai dans la Sélection Cinef et la compétition des courts métrages

Ildikó Enyedi pour le jury cannois des courts et de la Cinef
La réalisatrice Ildikó Enyedi (© Hanna Csata)

La Palme d’or du court métrage en compétition au 76e Festival de Cannes (du 16 au 27 mai) et les trois prix de la Cinef (les films d’écoles retenus en Sélection Officielle) seront décernés par un jury qui sera présidé par Ildikó Enyedi qui succède notamment dans ce rôle à Yousry Nasrallah, Claire Denis, Bertrand Bonello, Cristian Mungiu, Naomi Kawase, Abderrahmane Sissako, Abbas Kiarostami, Jane Campion, Jean-Pierre Dardenne et Martin Scorsese.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
my-sextortion-diary_Seattle_ringo

La cinéaste hongroise (Ours d’or à Berlin en 2017 avec Corps et âme [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ildiko Enyedi
interview : Ildiko Enyedi
interview : Réka Tenki
fiche film
]
, en compétition à Cannes en 2021 L’Histoire de ma femme [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ildikó Enyedi
fiche film
]
) sera épaulée par la réalisatrice irano-américaine Ana Lily Amirpour, l’actrice et réalisatrice canadienne Charlotte Le Bon, la comédienne française Karidja Touré et le cinéaste et producteur israélien Shlomi Elkabetz.

"Quand je suis arrivée à Cannes en 1989, année magique pleine de changements en Europe, avec mon premier long métrage, mais aussi des expositions interdites, un film de fin d'études interdit et bien d’autres difficultés, ça a été un sentiment incroyable pour moi", a déclaré Ildikó Enyedi. "Être sélectionnée voulait dire qu’on m’avait comprise, qu'on m’avait vue pour de vrai, comme si cette vaste communauté flamboyante et haute en couleurs d’artistes géniaux et de professionnels du cinéma m’avait ouvert grand les bras, à moi, une novice absolue, m’accordant leur confiance alors que je n’étais encore qu'une promesse. Je me souviens encore de chaque moment passé à Cannes. Je suis convaincue que les jeunes cinéastes qui présenteront leurs courts métrages au Festival cette année éprouveront le même choc positif. Je les soutiens, j’espère que cette reconnaissance leur donnera l’assurance de continuer, d’oser tout en restant humbles, de ne pas perdre de vue l’essentiel, de ne pas être éblouis par la célébrité ni abasourdis. Je les encourage à gérer cette reconnaissance avec maturité et sagesse. En un mot pour faire court… Je suis avec eux !"

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy