email print share on Facebook share on Twitter share on LinkedIn share on reddit pin on Pinterest

BERLINALE 2024 Compétition

Critique : Who Do I Belong To

par 

- BERLINALE 2024 : Meryam Joobeur présente un premier long réussi, un film atmosphérique et palpitant entremêlant audacieusement réalisme et onirisme, microcosme familial et thématique djihadiste

Critique : Who Do I Belong To
Salha Nasraoui et Rayen Mechergui dans Who Do I Belong To

"Qu’est-ce qui ne va pas ?" Quand on veut connaître la vérité, mais qu’on la craint car elle nous contraindrait à un face-à-face trop douloureux avec nous-mêmes, le risque de dégradation de la situation est élevé. Et quand l’amour maternel, les liens familiaux, l’amitié, les souvenirs s’entrechoquent avec une réalité qui nous dépasse, le danger guette. C’est dans cette zone complexe, trouble, que la Canado-Tunisienne Meryam Joobeur a choisi de s’aventurer avec son premier long métrage, l’envoûtant Who Do I Belong To [+lire aussi :
interview : Meryam Joobeur
fiche film
]
, dévoilé en compétition à la 74e Berlinale.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
Hot docs EFP inside

Extrêmement stylisé tout en étant ancré dans un réalisme très terre-à-terre, le film révèle indiscutablement une cinéaste plus qu’ingénieuse, habile à suggérer les métaphores sans les éclaircir totalement. Flirtant avec les genres fantastiques et d’enquête, la peur et les énigmes, la récente actualité géopolitique (Daech) et la vie pastorale d’un petit village, la réalisatrice ne perd jamais son fil conducteur (l’amour d’une mère et une famille plongée dans des dilemmes inédits) mais elle l’entortille au point de porter la frontière entre rêve (cauchemar) et réalité à un degré de porosité aigu garantissant un suspense séduisant pour le spectateur.

"S’ils reviennent, c’est la prison." Mehdi (Malek Mechergui) et Amine (Chaker Mechergui), les fils aînés de Aïcha (Salha Nasraoui) et Brahim (Mohamed Hassine Grayaa) se sont enfuis, ralliant Daech et abandonnant leurs parents et leur plus jeune frère Adam (Rayen Mechergui) à leur très simple quotidien de famille de bergers du Nord de la Tunisie, à deux pas de la mer. Pourquoi sont-ils partis ? Reviendront-ils ? Sont-ils morts ? Pour Aïcha, la blessure affective est ultra-profonde et source de conflit (à qui la faute ?) avec un mari meurtri dans sa fierté qui reporte son affection sur le policier Bilal (Adam Bessa), un ami d’enfance des deux fugueurs. Quant à Adam, encore à l’âge de jeux innocents, on lui fait croire que ses frères sont en Italie. Mais un jour, Mehdi réapparaît, sans son frère dont il annonce la mort et accompagné par la très mystérieuse Reem (Dea Liane), enceinte et voilée des pieds à la tête. Protégé par Aïcha, le couple s‘installe, caché, mais tous les lourds secrets ne sont pas encore remontés à la surface et bientôt d’étranges et inquiétants phénomènes se produisent aux environs…

Découpé en trois chapitres ("les conséquences", "une ombre émerge", "le réveil"), Who Do I Belong To se distingue tout particulièrement par son traitement visuel original, cadrant au plus près des personnages et obtenant ainsi une intensité minimaliste très forte (gestes, regards) amplifiée par une grande acuité immersive dans la nature (l’eau, la plage, la mer, les animaux, etc.) dont la réalisatrice joue dans son intention de distorsion de la réalité. Transpercée de scènes oniriques puissantes, l’intrigue méthodique (un scénario écrit par la cinéaste), s’offre aussi des flashbacks qui ne livrent jamais toutes les clés d’une œuvre sachant préserver son potentiel énigmatique. À la fois voyage dans le subconscient féminin et parabole sur la perte de repères et les cas de conscience, voire sur de plus vaste problématiques sociétales et politiques, le film (très bien interprété par un mix d’acteurs professionnels et non-professionnels) cache parfaitement son jeu jusqu’à la fin avec un talent cinématographique indéniable qu’on peut aussi juger un peu trop rusé (la stylisation poussée à fond et le fantastique constituent parfois de très commodes portes de sortie). Mais pour un premier long, trop d’habilité n’est jamais superflue.

Produit par la société française Tanit Films avec Midi La Nuit (Canada) et Instinct Bleu (Tunisie), et coproduit par 1888 Films (France), Godolphin Films (Tunisie) et Eye Eye Pictures (Norvège), Who Do I Belong To est vendu par Luxbox.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Galerie de photo 22/02/2024 : Berlinale 2024 - Who Do I Belong To

12 photos disponibles ici. Faire glisser vers la gauche ou la droite pour toutes les voir.

Meryam Joobeur, Salha Nasraoui, Mohamed Hassine Grayaa, Adam Bessa
© 2024 Dario Caruso for Cineuropa - dario-caruso.fr, @studio.photo.dar, Dario Caruso

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy