email print share on Facebook share on Twitter share on LinkedIn share on reddit pin on Pinterest

TRIBECA 2024

Critique : Under the Grey Sky

par 

- Ce premier long-métrage de Mara Tamkovich est un tableau subtil mais convaincant de la vie en dictature en Biélorussie

Critique : Under the Grey Sky
Aliaksandra Vaitsekhovich dans Under the Grey Sky

Dans son premier long-métrage, qui a fait sa première mondiale au Festival de Tribeca, Mara Tamkovich déploie d'habiles talents de metteuse en scène et beaucoup de bon goût artistique. Under the Grey Sky [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Mara Tamkovich
fiche film
]
a été financé par le Polish Film Institute dans le cadre de son programme spécial – appelé Microbudget – destiné aux réalisateurs/trices à leur premier film. Les candidats retenus travaillent avec des bourses relativement limitées (jusqu'à 250 000 €) et des temps imposés assez réduits : ils ont environ un an pour terminer le film après s'être vu accorder l'aide. Ces conditions de production sont importantes à connaître pour aborder le long-métrage de Tamkovich, car les restrictions financières ont donné lieu à des décisions artistiques intéressantes. Les scènes ont été tournées principalement en intérieur, avec la lumière naturelle et deux ou trois acteurs seulement. Ajoutez à la pondération esthétique de l'ensemble des interprétations discrètes mais juteuses de la part des acteurs principaux (Aliaksandra Vaitsekhovich et Valentin Novopolskij), et le tout converge bien pour nous présenter un tableau finement brossé de la vie en Biélorussie sous le régime établi par Alexandre Loukachenko.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Au lieu de montrer la situation dans son ensemble et de se pencher sur les mécanismes politiques à l'oeuvre, la réalisatrice polono-biélorusse travaille à une échelle micro qui permet au spectateur de mieux se rapporter à l'histoire. Lena (Vaitsekhovich) est reporter pour une chaîne de télévision d'opposition qui diffuse des images des manifestations qui ont été brutalement réprimées par la police. Comme son caméraman et elle, traqués par un drone, se retrouvent finalement arrêtés, leur destin est dans les mains de l'État. La sanction est sévère, pour le crime consistant à ne pas soutenir le régime, et le prix à payer pourrait aller jusqu'à plusieurs années de prison.

Pendant que Lena est derrière les barreaux, on rencontre son mari, Ilya (Novopolskij), avec qui elle espérait quitter le pays et commencer une nouvelle vie ailleurs. À présent, il doit se cacher pour ne pas qu'on lui passe à lui aussi les menottes, et tente de savoir ce qu'on a fait de sa femme, et avec un peu de chance de la faire libérer. Le régime, machiavélique, fait à Lena une proposition qui rendrait sa libération et son émigration possibles, mais là aussi, le coût est élevé, naturellement.

À travers une série de flashbacks, Tamkovich montre qu'Ilya et sa femme avaient des attitudes différentes par rapport à ce qu'ils considéraient comme leur devoir vis à vis de leur pays, d'eux-mêmes et de leur relation. Le dilemme de la désobéissance et du combat pour une cause juste et pour la liberté par opposition au choix du conformisme au quotidien est le coeur éthique du récit, et crée efficacement de la tension dramatique. Et aussi cliché que cela puisse paraître, ces dilemmes sont en fait très universels puisque le film se concentre sur ces deux personnages centraux et que les interférences de la part des forces obscures du régime biélorusse sont minimales.

Le film s'inspire de faits réels, et toutes les images des manifestations et du jugement prononcé contre Lena (dont le personnage a été créé à partir de la figure de Katsiaryna Andreyeva, de Belsat TV) sont réelles. Ceci étant dit, il ne s'agit pas du récit du destin de quelqu'un d'autre, mais plutôt un récit dérivé, et la réalisatrice le façonne très adroitement selon sa propre vision artistique.

Under the Grey Sky a été produit par la société polonaise Media Corporation. Les ventes internationales du film sont assurées par Loco Films.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy