email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLINALE 2004 France

Zoé Félix, Shooting Star

par 

Après deux ans d’absence, les acteurs français retrouvent leur place dans la liste des Shooting Stars, les nouveaux talents européens de l’industrie cinématographique. Pour la 7e édition de l’événement organisé chaque année à Berlin par l’European Film Promotion avec le soutien du programme Media de l’UE, l’Hexagone sera représenté par une actrice de choc et de charme, en la personne de Zoé Félix. Aux côtés des 20 autres jeunes comédiens du Vieux Continent sélectionnés, la Française recevra dimanche 8 février sur la scène du palais de la Berlinale, un Studio Hamburg Shooting Stars Award remis par le directeur du Festival International du Cinéma de Berlin, Dieter Kosslick.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Succédant au palmarès des Shooting Stars à ses compatriotes Clotilde Courau et Melvil Poupaud en 1998, Mathieu Demy en 1999, Antoine Chappey et Caroline Ducey en 2000, Ludivine Sagnier et Malik Zidi en 2001, Zoé Félix incarne donc en 2004 l’avenir du cinéma français. Révélée en 1998 dans un rôle très difficile dans Déjà Mort d’Olivier Dahan, avec Benoît Magimel et Romain Duris comme partenaires, l’actrice a littéralement explosé l’an dernier auprès du grand public avec La Beuze (1,98 million de spectateurs en France) et Le cœur des hommes de Marc Esposito (1,58 million d’entrées). Elle sera de nouveau à l’affiche le 31 mars prochain dans l’incruste d’Alexandre Castagnetti et Corentin Julius, et elle va ensuite probablement tenir le rôle principal du second long-métrage en préparation de Marc Esposito.
Choisie comme représentante française aux Shooting Stars par Unifrance, Zoé Félix va sans nul doute profiter des projecteurs européens braqués sur elle à Berlin pour poser les jalons de films à venir et s’engager dans les traces de ses brillants prédécesseurs comme l’Allemande Franka Potente (1998), l’Espagnol Eduardo Noriega (1999), l’Italien Stefano Accorsi (2001) ou la Norvégienne Marie Bonnevie (2002).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy