email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

IFFR 2005 Palmarès

L'Europe rafle la plupart des prix

par 

- Le 34ème Festival International du Film de Rotterdam s'est clôturé ce dimanche 6 janvier. Vendredi soir, la cérémonie des prix consacrait les espoirs du cinéma européen dont les premiers ou seconds films représentaient la moitié de la sélection

L'Europe rafle la plupart des prix

Le 34ème Festival International du Film de Rotterdam (26 janvier – 6 février 2005) a décerné ses prix ce vendredi soir au Centre De Doelen, soulignant la qualité du cinéma européen. La compétition réunissait quatorze premiers ou deuxièmes longs métrages dont la moitié étaient européens. Présidé par Lia van Leer (directrice du Festival du Film de Jérusalem en Israël), le Jury était composé de la photographe américaine Nan Goldin, de la productrice australienne Jan Chapman, du cinéaste iranien Bahman Ghobadi et du réalisateur argentin Lisandro Alonso.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Les trois VPRO Tiger Awards ont été attribués à Nemmeno il destino (Changing Destiny) de Daniele Gaglianone (Italie), El Cielo Gira (The Sky turns) de Mercedes Alvarez (Espagne) et 4 de Ilya Khrzhanovsky (Russie) qui avait déjà reçu dimanche dernier le Cactus d'Or, récompensant un film non-conformiste. Les VPRO Tiger Awards sont assortis d'un prix de 10.000 € chacun et d'une garantie de diffusion sur VPRO. Une mention spéciale a été accordée à Hat Mua Roi Bao Lau (Bride of Silence) de Doan Minh Phuong & Doan Thanh Nhgia (Vietnam / Allemagne) et à Sanctuary de Ho Yu-hang (Malaisie).

Nemmeno il destino raconte l'histoire de deux jeunes garçons tentant de trouver leur place dans une société dilapidée, entre une école qui ne les comprend pas et des parents démissionnaires de leurs responsabilités. Il s'agit du deuxième long métrage de l'Italien Daniele Gaglianone, dont le premier film, I nostri anni, avait été sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 2001. Gaglianone a également travaillé comme assistant réalisateur et co-scénariste sur Cosi Rivedano de Gianni Amelio en 1998. "Nous avons été particulièrement touchés par la manière dont Daniele Gaglianone a développé les relations entre les garçons rebelles et leur famille profondément perturbée, a expliqué le Jury. Ce film nous montre le regard d'un réalisateur qui maîtrise parfaitement chaque élément." Nemmeno il destino est une production de Fandango et Armadillo Cinematografica . Les ventes internationales sont assurées par The Works .

El Cielo giro est une évocation poétique du village La Aldea dans le nord de l'Espagne, où la réalisatrice a vécu les trois premières années de sa vie. Aujourd'hui, il reste quatorze habitants, les derniers survivants d'un village voué à la disparition, à l'image du peintre que l'on suit et qui devient progressivement aveugle. Véritable œuvre picturale, le film évoque les empreintes du passé, des ruines celtiques jusqu'aux bombardiers américains qui traversent le ciel en direction de l'Irak. " El Cielo gira est un journal subjectif très riche, a souligné le Jury. Son sens du timing, sa sensibilité à la lumière et sa qualité du paysage en font une méditation poétique bienvenue dans la culture actuelle." Il s'agit du premier long métrage de l'Espagnole Mercedes Alvarez. Le film est produit par José Maria Lara P.C. et Alokatu S.L..

4, premier long métrage du russe Ilya Khrzhanovsky, était sans doute le film le plus original de la compétition. Dans un bar intemporel, deux hommes et une femme qui ne se connaissent pas discutent de la vie, de la société, de leur métier. Mais qui dit la vérité ? Le film nous emmène ensuite dans trois histoires, celles de chacun de ces personnages, tout en développant avec subtilité et profondeur, des sujets politiques, économiques et sociaux dans la Russie actuelle. "4 nous a semblé un cauchemar dévastateur qui nous plonge dans un état ambigu entre vérité et mensonges, a déclaré le Jury. Nous avons particulièrement apprécié son traitement radical de la femme dans le portrait des jeunes prostituées et des anciennes traditions des babouchkas." Le film est produit par Yelena Yatsura pour Filmocon. Nouveau prix cette année, le TV5 Tiger Award (d'un montant de 3.000 €) a récompensé trois films parmi les trente courts métrages en compétition : Interlude de Joost van Veen (Pays-Bas), Nuuk de Thomas Köner (Allemagne) et Veere de David Lammers (Pays-Bas). Une mention a été accordée à Fare Bene Mikles de Christian Angeli (Italie).

Côté prix parallèles, citons le KNF Award (Assocation des critiques de cinéma hollandais) attribué à Illumination de Pascale Breton (France), le Prix Fipresci (presse internationale) décerné à Frakchi (Spying Cam) de Whang Cheol-Mean (Corée du Sud), le MovieZone Award attribué à Mysterious Skin de Gregg Araki (USA), le Netpac Award remis à Sanctuary de Ho Yu-hang (Malaisie) et le Prix Amnesty International a récompensé Dastaneh Nataman de Hassan Yektapanah (Iran). D'autre part, des prix ont soutenu les projets du CineMart : les Prix Arte France Cinéma (10.000 € chacun) ont récompensé Daratt de Mahamat Saleh Haroun (France) et Five Worlds, un projet collectif associant l'Iran, la Palestine, la Malaisie, l'Indonésie et l'Afghanistan, tandis que le Prince Claus Fund Film Grant offrait 15.000 € au projet Hamaca Paraguaya de Paz Encina (Paraguay).

Le Festival de Rotterdam s'est poursuivit avec la soirée de clôture le samedi 5 février et une journée de projections spéciales du Volkskrant le dimanche 6 février.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy