email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

INDUSTRIE Europe

Une production solide, des entrées en hausse

par 

Selon un communiqué publié le 4 mai par l’Observatoire Européen de l’Audiovisuel, le cinéma européen se porte bien, en termes de production et surtout de fréquentation.

En 2004, les 25 membres de l’Union Européenne ont produit 764 films, c’est-à-dire 2% de plus qu’en 2003. Parmi les pays les plus actifs, il faut citer l’Espagne (avec 92 productions, 24 de plus que l’année précédente), la France (qui passe de 105 à 130), quoique le nombre des coproductions ait baissé dramatiquement, de 78 à 37. On note cependant que la France se distingue par une forte augmentation du budget moyen, en augmentation de 15%, ce qui le porte à un chiffre record pour les dernières années (€5,34M pour €4,63M en 2003) alors que la tendance générale est plutôt à la baisse. L’Allemagne a produit 6 films de plus qu’en 2003. L’Autriche, la Finlande, la Suède et la République Tchèque enregistrent un accroissement similaire. En revanche, le Royaume-Uni, stable au niveau des coproductions, a produit moins de films. Le Danemark, la Grèce et les Pays-Bas sont également en baisse.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

C’est en termes d’entrées que 2004 restera dans les annales puisque le milliard de spectateurs (1,005 milliard exactement) a été atteint pour la deuxième fois depuis 1990. 55 millions d’entrées, c’est-à-dire 6% de plus qu’en 2003 ont été vendues dans les 25 pays membres. La hausse est générale. La Pologne et la Latvie produisent des résultats étonnants avec respectivement +40,5% et +46%. La France enregistre une augmentation de 12,3%, l’Italie 9,5%, l’Autriche de 9,4%. L’Allemagne, l’Espagne, le Royaume-Uni, la Belgique, la Hongrie, le Danemark et le Luxembourg se portent bien mais la République Tchèque déçoit un peu et, plus au Nord, la Finlande, la Lithuanie et la Suède sont en baisse.

On note que sur le nombre total d’entrées, en 2004, les films européens ont remporté 26,5% du marché (pour 26,8% en 2003) alors que les productions américaines ont attiré 71,4% des spectateurs. Qui plus est, sur les 26,5% parts de marché européennes, 11,7% représentent en fait des coproductions impliquant également des partenaires américains. Le premier film européen au box-office est Bridget Jones – l’âge de raison, dixième au classement (dont 54% des entrées ont été vendues en dehors du Royaume-Uni). Les deux autres productions européennes à se classer parmi les vingt premiers films sont Les choristes [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
et le film allemand (T)raumschiff Surprise - Period 1 (Dreamship Surprise, Period 1) . En 2003, seuls deux films européens s’étaient glissés dans la liste. Ce faible résultat est surtout dû au fait que bien des films sont peu distribués en dehors de leur pays. Ainsi, deux des trois films européens classés parmi les vingt premiers doivent surtout leur succès à la taille du marché national, en l’occurrence la France et l’Allemagne (quoique Les choristes ait tout de même vendu 25% de ses entrées à l’étranger).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy