email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2005 Semaine de la critique

L'horizon de Vicari

par 

L'horizon de Vicari

Avec son premier film, Velocità massima, Daniele Vicari remporta le Prix de la première oeuvre de la Mostra de Venise en 2001. Aujourd'hui, son second film, L’orrizonte degli eventi, ouvre la compétition de la Semaine de la critique. Le film sera distribué en Italie par Medusa à partir du vendredi 20 mai sur une combinaison de 80 copies.

Dans ce film, comme dans celui de Marco Tullio Giordana en compétition officielle, c'est notre rapport à l'univers des émigrants qui est mis en scène. D'un côté, Max, physicien nucléaire de 35 ans en pleine crise existentielle et professionnelle, de l'autre, le jeune berger albanais Bajram, esclave d'une bande de ses compatriotes.
Le scénario, “l'Abruzzo con il Gran Sasso”, est celui sur lequel les réalisateurs Giuseppe De Santis (Uomini e lupi) et les frères Taviani (Il sole anche di notte) ont travaillé. Vicari a "découvert une montagne simultanément technologique et archaïque où cohabite ce laboratoire de physique nucléaire, lieu hyper technologique tourné vers le futur, et le monde pré-moderne où survivent les bergers. Un double univers fait de strates et de métaphores de la mondialisation." Dans la première partie du film, les mouvements de la caméra sont "mathématiques", programmés, alors que dans la seconde partie ils sont irréguliers, non étudiés.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L'orizzonte degli eventi rend hommage à l'histoire du cinéma italien. "Je me suis appuyé sur le néoréalisme critique de Visconti et De Sica, j'ai un lien viscéral avec ce cinéma qui utilise les ambiances comme miroir du monde intérieur des personnages" conclut le réalisateur.

Domenico Procacci, de Fandango, coproducteur du film avec Medusa, souligne la nécessité de réaliser des films à l'aspect commercial difficile. Le cas Sorrentino avec le succès de Nastri e David témoigne de l'importance d'investir dans les premières et secondes œuvres, car tous les auteurs peuvent grandir.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy