email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

ÉVÈNEMENTS Italie

Les festivals à la recherche de nouveaux talents

par 

Les festivals à la recherche de nouveaux talents

Quel rôle, si tant est qu'ils en aient, les festivals jouent-ils dans la découverte de nouveaux talents? Cette question a fait l'objet d'un débat animé hier dans les salons de l'Académie française de Rome, à l'occasion d'une rencontre entre les directeurs des sections parallèles des principaux festivals de cinéma européens, c'est-à-dire Cannes, Venise et Berlin. Ce n'est naturellement pas un hasard si cet évènement coïncide avec l'ouverture de la 10ème édition de "La Vie du Cinéma de Cannes à Roma", une manifestation organisée à Rome, Milan et Bologne pour faire découvrir au public italien une sélection de films présents à Cannes cette année dans les différentes section du festival.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le débat qui s'est tenu hier est le 3ème de ce genre qui a lieu à Rome; il permet de faire un état des lieux du secteur par rapport aux éléments qui affectent la qualité des productions européennes. Selon Georgette Ranucci, directrice artistique de la revue de presse cannoise à Rome, les films d'auteurs perdent du terrain en Italie, tant au niveau du box-office qu'en termes d'intérêt manifesté par les spectateurs. En France, en revanche, la situation est loin d'être critique. Olivier Père, qui dirige la Quinzaine des réalisateurs, section indépendante du Festival de Cannes, en est convaincu: "les sélectionneurs des festivals peuvent jouer un rôle important en présentant le film à un public plus vaste; il n'en reste pas moins que ce sont les cinéastes qui prennent les vrais risques".
Le directeur du Festival de Pesaro, Giovanni Spagnoletti, voit les festivals comme une étape de la circulation d'un film. Il illustre son propos du cas de Vento di Terra de l'Italien Vincenzo Marra, "qui a tourné dans des festivals du monde entier. Même si le film n'a pas fait de recettes impressionnantes au box-office, cette diffusion à l'échelle internationale est une autre forme de communication".

Les intervenants ont généralement admis que les sections parallèles n'ont pas pour fonction première de découvrir de nouveaux talents, même si le cas des frères Dardenne (vainqueurs de la Palme d’Or de cette année), exemple typique de cette fonction de "repèrage" que peuvent avoir les festivals, dément cette idée. Depuis la présentation de leur troisième long-métrage, La Promesse, à la Quinzaine en 1996, les frères Dardenne ont en effet gagné non pas une mais deux Palmes d'Or, inscrivant la Belgique dans l'Histoire du cinéma.

Il est entendu que les sélectionneurs dont dépend le programme des festivals jouent un rôle dans la découverte de nouveaux talents, cependant, comme l'a souligné Jean-Christophe Berjon de la Semaine de la Critique de Cannes, "c'est au producteur qu'il revient de chercher et découvrir de jeunes talents, et aux distributeurs de les mettre en valeur". Christoph Terechte, en charge du Forum de Berlin, a abondé dans ce sens, ajoutant néanmoins que les festivals "peuvent en général donner un avantage supplémentaire aux films" sur le marché.

Giorgio Gosetti, directeur des Journées des Auteurs – Venice Days, nouvelle section qui ouvre l'île du Lido aux films d'auteurs, a fait remarquer que "les films se découvrent d'eux-mêmes" et que le rôle des sections parallèles et "de les engager à s'exprimer et stimuler le dialogue entre les cinéastes, le public et les médias". Le nouveau responsable de la Semaine de la Critique de Venise, Francesco Di Pace, a toutefois souligné le nombre croissant de films indépendants où le producteur a moins d'importance et pour lesquels, par conséquent, la sélection à un festival peut avoir un intérêt "fondamental sur le court-terme, non seulement pour trouver des distributeurs mais également pour boucler le budget".

De surcroît, en Italie, parmi les nouveaux critères d'attribution de financements publics, la sélection à un festival peut peser en faveur d'un film. Comme Giorgio Gosetti l'a expliqué, ce genre de système, qui s'applique également en Allemagne et en Suisse, donne manifestement "plus de responsabilités aux sélectionneurs".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy