email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

ÉVÈNEMENT Italie / France

Les vacances romaines d'Amélie Poulain

par 

Parfois, les chiffres ont leur propre logique, qui peut réserver des surprises: qui aurait imaginé que le film français le plus vu en Italie de 2002 à 2004, Le fabuleux destin d'Amélie Poulain, allait vendre presque autant d'entrées qu'en France, alors que Respiro [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
d'Emanuele Crialese, a fait sensation dans les salles françaises, attirant un public trois fois plus nombreux qu'en Italie (634 352 entrées en France, 197 916 en Italie)?

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Les chiffres ne sont néanmoins pas toujours aussi réjouissants; ils peuvent être au contraire déconcertants, comme ceux qui sont au centre des débats aujourd'hui à Rome, à l'occasion du Forum du cinéma italo-français : en 2002, les films français obtenaient en Italie 6,94% de parts des marché, mais en 2004, ce chiffre a baissé de moitié (3,49 %) malgré le nombre croissant de films français distribués chaque année. Quant aux films italiens en France, pour lesquels les années 90 ont été très difficiles, ils occupent 0,21% des parts de marché en 2004, c'est-à-dire qu'ils ont encore été affectés depuis 2002 (0,36%).

À l'exception de quelques rares cas de films français avec des grosses stars à l'affiche qui peuvent attirer un public important, les productions italiennes et françaises sont surtout des films d'auteurs, qui ont dû faire face, ces dernières années, à la concurrence d'autres cinémas, et notamment le cinéma asiatique.
Sous un angle plus positif, on remarque néanmoins une augmentation du nombre de coproductions internationales avec un nombre accru de parts de marché. En Italie, ce chiffre est passé de 2% en 2002 à 7% l'année dernière.
Le débat, organisé par la section Cinéma du Ministère italien de la culture, Cinecittà Holding, AIP, Istituto Luce, Unifrance et le CNC, rassemble des producteurs, distributeurs, institutions et réseaux. Les participants sont allés directement à l'essentiel: le soutien à la distribution, le travail de promotion, l'évolution des fonds de soutien à la production, le contexte législatif, l'état de la coproduction et le rôle fondamental de la télévision dans le soutien des films.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy