email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENICE 2005 Venice Days

Naboer : Des voisines pas comme les autres

par 

Le réalisateur norvégien Pål Sletaune ("l'un des dix cinéastes les plus prometteurs" selon Variety) présentait Naboer (Next door) ce lundi aux Venice Days, un film chargé de violence et de sexe. Thriller mené de main de maître, qui surfe haut sur les ambiances et les peurs, Naboer laisse loin derrière lui les standards du genre grâce à de vifs portraits psychologiques de ses personnages et à son impeccable direction d'acteurs.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Après avoir rompu avec sa petite amie Ingrid, John (Kristoffer Joner) se lie avec les deux sexy jeunes femmes qui vivent sur le même palier. Elles l'invitent dans leur appartement labyrinthique et lui révèlent qu'elles le connaissent très bien ("Comme tous les voisins", dit l'une d'elle), et peut-être le connaissent-elles mieux qu'il ne se connaît lui-même. Leurs vies rapidement se nouent dans un réseau très lynchéen de sexes, de violences et de mystérieux événements. Plus Naboer avance, et plus les frontières entre avoir un désir et passer à l'acte se troublent.

La photographie magnifique, les décors et une bande originale hantée permettent au réalisateur de tenir une atmosphère intense tout au long du film, mais selon lui (qui est aussi scénariste du film), la base de cette atmosphère se trouve dans le scénario. "C'était écrit comme une huis clos pour 4 personnages", explique-t-il "et il était essentiel dès le scénario de créer un espace pour un film très visuel. L'appartement des filles était, par exemple, envisagé de manière à avoir le maximum de possibilité au moment du tournage. C'était important que cette maison soit ressentie comme un véritable lieu ; nous voulions totalement créer un monde, pas seulement une scène de théâtre."

Surtout connu pour ces comédies noires, le film d'horreur est plus ou moins nouveau chez ce réalisateur qui s'y connaît en personnage énigmatique tel que John. Sletaune s'explique ainsi : "Après avoir deux films [racontés] à la troisième personne, je voulais faire un film à la premièr personne ; un film subjectif, psychologique." En réalité, à voir le film, on se dit que John n'est peut-être pas aussi innocent qu'il y apparaît. Très conscient des risques de créer un personnage trop déplaisant, le réalisateur ajoute: "J'ai travaillé dur avec Kristoffer Joner pour créer un personage qui aurait intrigue les spectateurs." Ils ont travaillé assez dur pour que Naboer soit un mélange intelligent d'élements classiques du film de genre et une plongée dans la psyché d'un homme terriblement peu ordinaire.

Le film est une coproduction menée par 4 1/2 avec Memfis Film, Zentropa Entertainments5 et Nordisk Film Post Production. Le projet était aussi soutenu par le Norwegian Film Fund, Eurimages, le Swedish Film Institute et le Danish Film Institute . Nordisk Film International Sales s'occupe des ventes du film à l'international.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy