email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLINALE 2006 Marché

Nordisk Film vend les gros titres

par 

Susan Wendt, de Nordisk Film International Sales, commence le marché berlinois avec enthousiasme : le film suédois pour enfants Percy, Buffalo Bill And I d'Anders Gustaffson, qui raconte les aventures d'un petit garçon en vacances d'été, a sa première projection officielle aujourd'hui dans la section Kinderfilmfest et neuf autres gros titres des pays nordiques sont dans le line-up pour le marché.

Le nouveau film en anglais de Nordisk, Johnny Was, film de gangsters co-produit par l'Irlande, le Royaume-Uni et le Danemark et réalisé par Mark Hammond, est en tête des ventes. Ce thriller multi-racial interprété par Vinnie Jones et Patrick Bergin qui sera présenté au marché en avant-première a déjà été vendu au Benelux (indies Entertainment), au Brésil et à la Turquie.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le film jeunesse danois The Lost Treasure Of the Nights Templar de Kasper Barfoed, qui a commencé fort au Danemark la semaine dernière avec plus de 20.000 entrées, est également un titre sur lequel Nordisk compte. Cette oeuvre produite par M & M Productions (Adam´s Apples [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Anders Thomas Jensen
interview : Mads Mikkelsen
interview : Tivi Magnusson
fiche film
]
), a été encensé dans la presse danoise qui le qualifie de “Da Vinci Code pour enfants".

Le candidat finnois pour les nominations aux Oscars, qui a eu un beau succès dans son pays (180.000 admissions) ainsi qu'en Suéde (plus de 100.000 entrées), continue d'attirer l'attention des acheteurs étrangers, explique Susan Wendt, avant d'ajouter que les ventes pour la France et l'Allemagne sont presque conclues.

Bien que les comédies s'exportent difficilement, selon Wendt, le succès finnois FC Venus de Joona Tena devrait bien se vendre lors du mondial de football; la version allemande sera prête en avril.
Pour Wendt, l'EFM est très achalandé. À vrai dire, "il n'a jamais été aussi productif pour nous les tous premiers jours du festival", raconte-t-elle à Cineuropa. "C'est très prometteur pour le reste du marché, où des centaines de professionnels viennent. Beaucoup se sont inquiété de la délocalisation, pensant que les différents lieux du marché, les salles et la Berlinale serait trop étalés, mais ça ne se passe en fait pas mal du tout", dit-elle.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy