email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

DISTRIBUTION Royaume-Uni

300M £ investis en 2005

par 

Pour orchestrer la sortie des 467 nouveaux films présentés au public britannique en 2005, les distributeurs locaux ont investi 300M £ (436M €) dans les copies et la publicité. Sur cette somme, selon les chiffres publiés la semaine dernière dans le catalogue 2006 de la FDA (Film Distributors’ Association), 165.8M £ (249M €) ont été employés pour des campagnes sur les médias ; trois quarts de ce dernier montant ont servi à financer des clips télévisés et des affiches.

L'année dernière, le box-office s'est monté à 840,3M £ (1,2 milliards d'euros), dont 30% ont été réunis au cours des 13 dernières semaines de l'année, grâce à des films comme Harry Potter et la coupe de feu, plus gros succès de l'année avec 45,8M £ de recettes (66,5M €), Les chroniques de Narnia (41,9M £/60M €) et le dessin-animé oscarisé Wallace & Gromit [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(32M £/46,5M €). Les 45,7M £ (66,5M €) dépensés en publicité par les distributeurs britanniques pendant cette période ont porté fruit. En moyenne, pour chaque film, la somme consacrée aux copies et à la publicité est de 0,65M £ (0,9M €), pour un revenu moyen de 1,8M £ (2,6M €).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Sur un marché dominé par les grosses productions américaines (81,5% de part de marché), 189 des 467 sorties de l'année sont arrivées des États-Unis, pour seulement 70 films indiens, 47 films britanniques, 27 films français et 11 films allemands. Le box-office reste concentré, puisque les vingt plus gros titres de l'année 2005 ont rapporté 55% des recettes (contre 48% en 2004) et neufs blockbusters (contre 7 en 2004) ont gagné plus de 20M £ à eux seuls.

Avec une moyenne de neuf nouveaux titres par semaine (contre sept en 2002), la compétition — pour les dates de sortie, la durée d'exploitation et de diffusion des bandes-annonces et l'espace dans les médias — est de plus en plus féroce, surtout dans un contexte où les films sont vite remplacés à l'écran (7% seulement des films sortis en 2005 ont duré plus de sept semaines). Selon la FDA, le marché britannique peut encore s'élargir, dans la mesure où en 2005, le public n'est allé au cinéma en moyenne que 2,8 fois.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy