email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2006 Horizons

Les pièces de puzzle d'Edgar Reitz

par 

Edgar Reitz ne semble pas prêt d'en finir avec ce que la presse allemande appelle son "Mammutwerk" pour donner une idée des proportions phénoménales prise par son oeuvre Heimat qu'il développe depuis près de 25 ans.

A la Mostra de Venise, le réalisateur âgé de 73 ans a en effet présenté dans la section "Horizons" Heimat-Fragmente qui constitue selon ses propres dires "le résultat de la redécouverte de matériel durant la préparation de l'archivage d'Heimat au printemps 2005."

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Alors qu'il classait son projet Heimat 4 qui envisageait aborder les tragiques événements du 11 septembre 2001 vus à travers le prisme de la ville imaginaire de Schabbach, Edgar Reitz a finalement décidé de reprendre tout le matériel inédit accumulé pendant plusieurs années et de le remonter de manière originale en le dédiant surtout à ses acteurs. "Heimat-Fragmente est un film sur le temps qui réveille les souvenirs des amis et des comédiens qui ont vieilli avec Heimat" a souligné le cinéaste.

Cette sorte d'appendice à sa célèbre trilogie réalisée pour la télévision allemande démarre là où se terminait Heimat 3, sur le regard de Lulu (la dernière représentante de la famille Simon) tourné vers le nouveau millénaire comme le symbole d'une génération sans espérances. Interprété par l'actrice Nicola Schösser, le personnage de Lulu se définit comme "archéologue du futur" et décide de revenir sur les lieux des oeuvres précédentes, à la recherche du passé.

Elle devient ainsi le lien (parfois un peu forcé en particulier en raison du contraste entre images numériques et pellicule) avec les séquences retrouvées dont certaines très intenses avaient été écartées de manière incompréhensible (comme le retour d'Eveline chez elle dans Die zweite Heimat) alors que d'autres se révèlent moins réussies.

Produit par la société Reitz & Reitz Medien et distribué par ARRI Media, Heimat-Fragmente apparaît essentiellement comme un précis pour spécialistes, une oeuvre pour philologues reitziens, mais le film ne manque pour autant pas de réflexions intéressantes sur le thème de prédilection de son auteur : l'écoulement inexorable du temps.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy