email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION France

Capitaine Achab : un nouvel axe franco-suédois

par 

Inactif depuis 20 ans, l'accord de coproduction cinématographique signé en 1965 entre la France et la Suède a été réactivé cette année avec succès pour la production de Capitaine Achab de Philippe Ramos dont le tournage s'est terminé le 2 septembre dernier. Au casting figurent Denis Lavant, Virgil Leclaire, Dominique Blanc, Jacques Bonnaffé , Jean-François Stévenin, Carlo Brandt, Mona Heftre, le chanteur Philippe Katherine, Hande Kodja (Meurtrières [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
) et Jean-Paul Bonnaire (la Père Maxence des Choristes [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
). Produit à 70 % par la France et à 30 % par la Suède, le second long métrage du cinéaste après Adieu pays en 2003 retrace en cinq parties la vie du héros de "Moby Dick" (trois volets durant l'enfance et deux à l'âge adulte) en ne croisant le célèbre roman d'Herman Melville qu'à la fin du film qui devrait être prêt au printemps 2007.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Contactée par Cineuropa, la productrice Florence Borelly de Sésame Films a dressé un rapide bilan de l'aventure : "Nous cherchions des paysages semblables au Nord-Est américain doublés de la présence de la mer, et la Suède nous a séduit. Mais il a fallu de la pugnacité pour monter cette coproduction. Les Suédois se plaignent d'avoir des difficultés à coproduire avec d'autres pays européens que les Nordiques, mais leur système est très difficile d'accès. Le traité bipartite decoproduction franco-suédois devrait être dépoussiéré car 30% minimum côté suédois est un seuil trop élevé. Mais nous avons mené l'aventure à bien grâce à un jeune producteur français installé en Suède (Olivier Guerpillon de DFM Fiktion) qui essaye de développer un axe de coproduction entre nos deux pays. L'existence du réseau Cine Regio (qui réunit 22 fonds régionaux de 12 pays européens) a également joué un rôle déterminant avec le soutien des Suédois de Film i Väst et des Français de Centre Images et de Rhônes-Alpes Cinéma (également coproducteur). Une vraie synergie dotée de souplesse s'en est dégagée grâce à l'implication de Bengt Toll, Emmanuel Porchet et Grégory Faes qui pilotent ces trois fonds. Et la presse suédoise a largement fait écho à la partie des sept semaines de tournage qui s'est déroulée là-bas. Capitaine Achab a aussi été soutenu par les institutions nationales, le SFI et le CNC (450 000 euros d'avance sur recettes) et nous négocions avec Trust Film Sales pour gérer les ventes internationales".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy