email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FÊTE DU CINÉMA Compétition

N, Napoléon et Virzì

par 

N, Napoléon et Virzì

"Un peu comédie, un peu conte cruel, parabole du XVIIIème ou histoire de conflit de génération" : selon le réalisateur Paolo Virzì, son film Napoléon (et moi) – N (Io e Napoleone) [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
est un peu tout ça, en plus d'être le premier titre italien présenté à la presse de la Fête du Cinéma de Rome dans la section "Première". Il sort en outre dès ce soir sur les écrans italiens (distr. Medusa) et dès mercredi prochain en France. C'est le premier film en costumes de Virzì, mais l'action se situe de nouveau dans sa Toscana natale, car ce Napoléon qui a les traits de Daniel Auteuil est décrit à l'époque de son exil sur l'île d'Elbe, où il est accueilli avec enthousiasme par le bas peuple mais avec hostilité de la part du jeune Martino Papucci (Elio Germano), petit professeur idéaliste qui, plein de ses lectures patriotiques, exècre l'ex-empereur et rêve de l'assassiner.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Par une ironie du sort, il est appelé à jouer les secrétaires pour le petit corse et passer des journées entières à son service. Ce que Virzì s'est demandé, c'est "ce qui arrive quand on se retrouve en face de l'objet de sa haine". Partant de cette question, entre autres, il a développé l'histoire avec les scénaristes Bruni e Scarpelli, à partir du roman du même nom d'Ernesto Ferrero. "C'est Roberto Benigni, poursuit le cinéaste livournais, qui m'a signalé ce livre, qui propose un point de vue inédit sur l'exil de Napoléon, celui d'une personne qui le déteste". Entreprendre un tyrannicide se révèle plus difficile que prévu, car la personne qu'est l'empereur est bien différente de ce que suggère la réputation de tyran sans pitié qui l'accompagne. Comme le voit Martino, Napoléon est un homme triste au crépuscule de sa vie, repentant de toutes les entreprises sanguinaires qui ont coûté la vie à des milliers de victimes partout en Europe. C'est aussi comme cela qu'Auteuil a préparé le rôle : "Je jouerai Napoléon, avait-il dit à Virzì – comme un vieil acteur déclinant qui a peur que sa gloire se soit éteinte".

Ce film confronte l'idéalisme et l'ingénuité d'un jeune homme de vingt ans contre la malice du pouvoir : "En fait, mon Napoléon, explique Virzì, est un monsieur en exil qui s'ennuie loin des champs de bataille est des grandes stratégies de la guerre. Alors, il décide de s'amuser à prendre au piège ce jeune maître chez qui il perçoit tout-de-suite une certaine hostilité". Aux côtés de Francesca Inaudi, Valerio Mastandrea, Massimo Ceccherini et Sabrina Impacciatore, on trouve aussi parmi les interprètes Monica Bellucci, d'abord maitresse du petit professeur, avant de devenir celle de Napoléon. On la voit ici dans un rôle comique d'épouse infidèle d'un vieux baron, "un peu jouisseuse, un peu putain", selon l'actrice. N a été produit par Catteleya avec la collaboration de Medusa Film et Sky et en coproduction avec la société française Babe Films et les Espagnols d'Alquimia Cinema.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.