email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS France

Villerupt prime Billo, il grande Dakhaar, Anche libero va bene et Quale Amore

par 

La 29ème édition du Festival du film italien de Villerupt s'est achevée ce week-end en Lorraine. Le jury principal a couronné Billo, il grande Dakhaar de Laura Muscardin, tandis que le jury-presse a opté pour Anche libero va bene [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Kim Rossi Stuart
fiche film
]
, premier film de Kim Rossi Stuart. La comédie Billo, il grande Dakhaar raconte l'histoire d'un immigré sénégalais en Italie au son de titres du chanteur sénégalais Youssou N'Dour. C'est le second film traitant d'immigrés africains en Italie à l'emporter à Villerupt après le succès, l'année dernière, de Under the Black Sun d'Enrico Verra.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le favori du jury-presse, Anche libero va bene, de et avec Kim Rossi Stuart, est sorti en France jeudi dernier sous le titre de Libero. Ce drame impressionnant malgré sa cadence un peu maladroite se concentre sur un garçonnet (incarné avec une étonnante intensité par Alessandro Morace, invité à Villerupt) confronté à un père exigeant (Rossi Stuart) et au retour soudain de sa mère (interprétée par l'actrice d'origine slovaque Barbora Bobulova).

La véritable révélation du festival fut le film de clôture, Quale Amore, adaptation par Maurizio Sciarra de "La sonate à Kreutzer" de Tolstoï qui s'est vue honorée du Prix spécial du festival. Quale amore récrit l'histoire d'uxoricide imaginée par Tolstoï à Lugano en Suisse, où un jeune courtier en bourse (Giorgio Pasotti) tombe amoureux d'une pianiste de concert d'une beauté à couper le souffle (Vanessa Incontrada) prête à abandonner sa carrière pour l'épouser et élever des enfants. Sa passion pour la musique demeure néanmoins entière et ses soirées musicales, fréquentées par des artistes principalement masculins, rendent son mari fou de jalousie.

Sciarra, également co-scénariste, avec Claudio Piersanti, de cette adaptation plutôt fidèle, trouve le rythme parfait pour ce récit dense qui adopte explicitement le point de vue du personnage joué par Pasotti. La performance de ce jeune acteur est d'ailleurs elle aussi très maîtrisée ; comme le film, elle est réduite à son essence sans rien perdre de son ambiguïté et de ses significations profondes.

Villerupt a également distingué Night Before Finals, génial champion du box-office italien qui a valu à Fausto Brizzi un Prix du public, tandis que le jeune jury a montré sa maturité en désignant Don't Make Any Plans for Tonight, où Gianluca Maria Tavarelli évoque l'amour chez les plus de 40 ans. Avec plus de 40 000 visiteurs et plus de 300 projections, Villerupt confirme cette année encore son statut de vitrine du cinéma italien parmi les plus importantes hors Italie.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy