email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION Italie

Scierra va à confesse à l'aéroport

par 

"Il s'agit de la difficulté d'être normal", dit Maurizio Sciarra de son nouveau film, intitulé par Quale amore et produit par Lionello Cerri pour Rai Cinema et Lumière & Co., en collaboration avec la télévision suisse RTSI et Amka Films. Le tournage, d'une durée de huit semaines, s'est fait entre Lugano, l'aéroport romain de Fiumicino, une villa et un hôtel du centre de Rome. Le film de Maurizio Sciarra, présenté au 59ème Festival de Locarno sera lancé en salle le 17 novembre par 01 Distribution.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Pour ce film, le réalisateur, lauréat du Léopard d'or 2001 de Locarno pour Alla rivoluzione sulla 2 cavalli s'est librement inspiré, pour son nouveau film, de "La sonate à Kreutzer", récit écrit en 1889 par le grand maître Léon Tolstoï. Après deux titres remontant légèrement le temps, jusqu'aux années 1970 pour Alla rivoluzione sulla 2 cavalli et jusqu'aux années 1950 pour la fiction télévisée Coppi e la dama bianca: un amore controcorrente, le film Quale amore est tout-à-fait contemporain et parcourt la période 1992-2005. Cela n'a pas déplu au cinéaste, content pour une fois de "ne pas avoir à interrompre le traffic pour éviter que les voitures apparaissent à l'écran".

Dans le récit de Tolstoï, le héros, Pozdnysev, révèle son passé à l'occasion d'un voyage en train de trois jours à travers la Russie. Dans le film, Andrea, joué par Giorgio Pasotti, dévoile son secret dans la salle d'attente d'un aéroport immobilisé par la neige. Le jeune noble et riche décrit par Tolstoï devient ici un spécialiste de la haute finance qui raconte à un inconnu comment il en est venu à assassiner sa femme Antonia, interprétée par Vanessa Incontrada.

À ses côtés, pour composer le scénario, Sciarra a voulu avoir Claudio Piersanti, "qui a ajouté du poids à ce film, même si l'écriture elle-même était facile parce que les personnages du livre sont bien définis". Ce qui paraissait très important au réalisateur était aussi de décider de l'âge des personnages : "On a l'habitude de penser que les crises n'arrivent qu'aux gens de 45-50 ans, mais déployer ce mécanisme chez un personnage plus jeune a un impact plus fort et inquiétant".

On trouve également à l'affiche de ce film le grand comédien de théâtre Arnoldo Foà, dans le rôle de l'inconnu bloqué à l'aéroport avec Andrea, et Maria Schneider, l'inoubliable Jeanne du Dernier tango à Paris de Bernardo Bertolucci.
Entre "La sonate à Kreutzer", opéra de Beethoven inclus dans le film ainsi que des morceaux de Schuman, Quale amore met l'accent sur la musique. La bande originale est partie intégrante de l'histoire, c'est "un des personnages", comme le souligne le metteur en scène.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy