email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS Italie

Le coeur de la nouvelle Europe bat à Trieste

par 

Le coeur de la nouvelle Europe bat à Trieste

La 18ème édition du Festival de Trieste, manifestation reconnue comme la plus riche et la plus structurée que l'Italie dédie au cinéma de l'Europe Centrale et de l'Est, commence demain, pour s'achever le 25 janvier. Cette année, le festival consacrera particulièrement son attention sur les productions des nouveaux pays membres de l'Union européenne, la Bulgarie et la Roumanie.

L'ouverture du festival sera l'occasion de la première italienne du dernier film en date de Tony Gatlif, Transylvania [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, film produit en France mais tourné en Roumanie et interprété par Asia Argento, Birol Ünel et Amira Casar.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le festival comprend trois sections compétitives, où concourront 50 oeuvres pour la plupart inédites qui comprennent 10 films, 16 courts métrages et 24 documentaires. La compétition internationale concernant les longs métrages de fiction proposera 10 titres projetés en avant-première en Italie, dont deux oeuvres roumaines : Hirtia Va Fi Albastra de Radu Muntean et Comment j'ai fêté la fin du monde [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(Cum Mi - Am Petrecut Sfarsitul Lumii), coproduction franco-roumaine qui marque les premiers pas du jeune réalisateur Catalin Mitulescu et qui a valu à Dorotheea Petre le Prix de la meilleure actrice 2006 dans la Un Certain Regard de Cannes. Ces deux films sont censés se passer en 1989, année de la chute du mur de Berlin et dernière année de la dictature de Ceaucescu, comme, d'ailleurs, le film de leur compatriote Corneliu Porumboiu, 20.08 East of Bucharest [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Corneliu Porumboiu
interview : Daniel Burlac
fiche film
]
(lire le Focus).

Dans la même catégorie, on retrouve de nouveau à Trieste le cinéaste Rajko Grlic, avec Karaula, coproduit par la Croatie, la Slovénie, la Bosnie et l'Allemagne. L'Albanie propose quant à elle le film Magic Eye, coproduit en Allemagne et signé par Kujtim Çashku,, tandis que le Tadjikistan est représenté par Pour aller au ciel, il faut mourir [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Djamshed Usmonov. Le public pourra également découvrir l'Ours d'argent de Berlin 2006 du meilleur scénario, Le libre-arbitre , de l'Allemand Matthias Glasner. Parmi les candidats figurent aussi White Palms [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Szabolcs Hajdu
fiche film
]
(Fehér tenyér), du Hongrois Szabolcs Hajdu, la production germano-bulgare Obarnata Elcha d'Ivan Cerkelov et Vasil Živkov et le film polonais Retrieval [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
(Z Ozysku), de Slawomir Fabicki.

Un des maîtres du cinéma est-européen, le Serbe Goran Paskaljevic, sera lui aussi en lice avec le film à épisodes The Optimists [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, tiré du "Candide" de Voltaire.

Au sein de la compétition internationale réservée aux documentaires, qui en est à sa troisième édition et confirme sa position de section centrale de ce festival, 24 titres représentent les Balkans, les États baltes, l'Europe Centrale et la Russie. Ils se présentent pour la plupart comme des enquêtes de société sur la réalité actuelle de l'Europe de l'Est.

La clôture sera assurée par le très attendu Climates [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Zeynep Ozbatur
fiche film
]
, du Turc Nuri Bilge Ceylan, bien applaudi lors du dernier Festival de Cannes, de retour à Trieste après sa victoire dans la section longs métrages en 2004.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy