email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLINALE 2007 Compétition

Ne badinez pas avec l'amour

par 

Ne badinez pas avec l'amour

Ne touchez pas la hache [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, en compétition à Berlin, est un duel amoureux conçu par deux grands narrateurs, Jacques Rivette et Balzac, car la belle noiseuse qui va ici en bateau est la Duchesse de Langeais elle-même. Ici, Rivette, dont on connaît les intérêts littéraires, ne fait pas que s'inspirer de l'oeuvre de Balzac – lors de la conférence de presse, il a même rejeté la notion d'adaptation, lui préférant celle de transposition, car il s'est ici imposé une totale fidélité à la nouvelle de Balzac, et parce que leurs grammaires attentives aux détails alternant lenteur et crises se ressemblent, il reste fidèle à lui-même.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La notion de récit même est un des enjeux principaux du film. La scène d'ouverture, où la Duchesse, Jeanne Balibar, apparaît en nonne (peut-être sans vraie vocation, mais avec la soumission que refusait Anna Karina en 1966 dans le film inspiré à Rivette par "La Religieuse" de Diderot), précède un long retour en arrière au fil duquel nous guident des légendes écrites par un narrateur plutôt taquin, comme au temps du cinéma muet. C'est alors que, sous le prétexte de se faire raconter une histoire, Madame de Langeais entreprend de conquérir Montriveau, incarné avec force par Guillaume Depardieu. C'est alors qu'on découvre que leur histoire tragique (à la fin de laquelle la Duchesse "n'est plus qu'un livre, un poème") a commencé comme un jeu : la parfaite religieuse du début était, cinq ans auparavant, une parfaite coquette de Saint Germain des prés, multipliant poses et minauderies, tripotant ses gants et jouant de ses mains mobiles dans ses cheveux, autour de son cou. Cette partie à deux exige certes des figures obligées et des accessoires, comme des jeux d'embrasures (des portes ouvertes, entrebaillées ou fermées), pour ne citer qu'un élément récurrent du récit.

Si Rivette a su mettre Balzac en images, il faut toutefois souligner que le grand romancier a lui-même été d'un grand secours au cinéaste. Comme ce dernier l'a rappelé plusieurs fois au cours de la conférence de presse, Ne touchez pas la hache est le fruit de son désir de réunir à l'écran Balibar (qu'il a déjà dirigée dans Va savoir) et Guillaume Depardieu, pour lesquels il avait au départ conçu un film plus actuel, intitulé "L'année prochaine à Paris", auquel il a dû renoncer faute de financements. Le duo fonctionne à merveille, et les deux acteurs se sont dits enthousiastes à l'idée de collaborer de nouveau, si l'occasion se présentait.

Ce film coproduit par la France (Pierre Grise Productions) et l'Italie (Cinemundici) avec le soutien, notamment, du Programme Media Plus sera distribué en France par Les Films du Losange, qui en assure également les ventes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy