email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION Hongrie

Dernière ligne droite pour L'homme de Londres de Bela Tarr

par 

Dernière ligne droite pour L'homme de Londres de Bela Tarr

En tournage en Corse pour 24 jours depuis le 12 février, L'homme de Londres [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du cinéaste magyar Bela Tarr boucle les dernières prises de vue d’une production homérique qui pourrait trouver une heureuse issue au prochain festival de Cannes. Rappel des événements : interrompu courant février 2005 après seulement neuf journées de travail à la suite du décès du producteur Humbert Balsan, le tournage du film inspiré par le roman éponyme de Georges Simenon s’était retrouvé au coeur d’un imbroglio juridique, Ognon Pictures ayant gagé tous les droits auprès de l’établissement de crédit français Coficiné. Mais l’entrée en lice du producteur français Paul Saadoun, déjà partenaire des Harmonies Werckmeister, le dernier film de Béla Tarr en 2000, a remis le projet sur les rails, le tournage ayant repris en Hongrie au printemps 2006 avec au casting la Britannique Tilda Swinton, le Tchèque Miroslav Krobot et les Hongrois Janos Derzsi et Istvan Lenart. Se déroulant à Bastia sur le quai des Martyrs, au Vieux Port et au Marché, la dernière session du tournage se terminera le 10 mars et le montage s’annonce assez simple selon son producteur français.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Coproduction européenne associant finalement la société hexagonale 13 ProductionS, les Hongrois de T.T. Filmmuhely (structure pilotée par Bela Tarr) et les Allemands de Von Vietinghoff Filmproduktion et de Black Forest (anciennement CMW Film Company), L'homme de Londres a bénéficié d’un budget d’au moins 5,3 millions d’euros incluant une avance sur recettes de 380 000 euros du Centre National de la Cinématographie (CNC), de 400 000 euros du fonds Eurimages, de 480 000 euros d’Arte France Cinéma (300 000 en coproduction et 180 000 en préachat - lire l’interview de Michel Reilhac), du soutien de ZDF, d’un préachat de Canal +, sans oublier l’appui de la MMKA (Hungarian Motion Picture Foundation) et du Ministère hongrois de la Culture. Les Hollandais de Fortissimo sont en charge des ventes internationales.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy