email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION France

Fidélité et Octagon Films préparent Dorothy Mills

par 

La société française Fidélité Productions et les Irlandais d’ Octagon Films se sont associés pour produire Dorothy Mills, le troisième long métrage d’Agnès Merlet qui devrait être tourné en langue anglaise cet été dans le Nord de l’Irlande. La réalisatrice du Fils du requin (meilleur premier film en 1994 aux European Film Awards, nominé aux Bafta et aux César) et d’Artemisia (nominé en 1998 aux Golden Globes dans la catégorie meilleur film étranger) a choisi de centrer le scénario de Dorothy Mills sur le syndrome des personnalités multiples reconnu comme une maladie outre-Manche, mais pas en France, un thème qui va donner lieu à un thriller fantastique sur une adolescente qui conduit lentement vers la folie une petite communauté hantée par un secret inavouable.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cosigné par la cinéaste et par Juliette Sales (Piccolo et Saxo [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Je ne suis pas là pour être aimé [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
...), le scénario de Dorothy Mills suit Jane Morton, un psychiatre de Dublin profondément touchée par la mort accidentelle de son mari et de son fils, et qui doit se consacrer à un nouveau cas : dans un petit village, Dorothy Mills, une adolescente de 15 ans a tenté d’étrangler un bébé. Après avoir survécu miraculeusement à un accident de voiture, Jane découvre un village assombri par d’étranges événements et rencontre une Dorothy très nerveuse qui jure qu’elle n’a pas touché au bébé. Au fil des entretiens avec l’adolescente, Jane établit un diagnostic de syndrome des personnalités multiples jusqu’au jour où Dorothy lui parle avec la voix de David, le fils mort de Jane.

Produit par Fidelite Films à hauteur de 65 % et par Octagon Films à 35 %, Dorothy Mills est soutenu à hauteur de 500 000 euros par le fonds Eurimages. Le casting est encore en cours, la rumeur annonçant l'Anglaise Kelly Reilly à l’affiche n’étant pas confirmée. A noter également que l’histoire, initialement écrite pour l’Ecosse, s’est "irlandisée" à la suite de l’intervention de Simon Perry de l’Irish Film Board.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy