email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BOX-OFFICE Estonie

186 km fait un beau parcours chez lui

par 

186 kilometres [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, comédie sombre d'Andres Maimik et Rain Tolk, est le film estonien le plus populaire de ces cinq dernières années, avec 40 703 entrées en seulement deux semaines d'exploitation sur quatre écrans.

Ce film a également enregistré les deuxièmes meilleures recettes jamais recueillies par un film estonien en son week-end de sortie et le cinquième rang parmi tous les films distribués en Estonie, après Pirates des Caraïbes, L'âge de glace 2, le film estonien Names in Marble, réalisé en 2002 par Elmo Nüganen, et Borat.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Maimik et Tolk sont devenus célèbres au niveau national en 2000, avec leur émission de télévision Esto TV, où des personnages fictionnels rencontrent de vrais politiciens et personnalités, créant ainsi des situations absurdes à la Borat. 186 Kilometres, tourné dans la même veine satirique, est leur premier long métrage.

Tolk, présent à la Berlinale le mois dernier en tant que Shooting Star 2007 pour l'Estonie (lire l'interview), a ainsi décrit son film pour Cineuropa : “Ce film s'inspire de la vraie vie de l'acteur estonien Jan Uuspõld, qui se parodie lui-même dans le film. Les interprètes sont en partie des acteurs professionnels, en partie des célébrités estoniennes (comme le président de la République Toomas Hendrik Ilves). Ce film est à la fois un road-movie classique, à la fois un film profond à portée universelle dont le héros a des problèmes avec l'alcool, le jeu et les mensonges ; il s'agit ici de la manière dont quelqu'un peut se transformer en image médiatique et cesser d'être un être humain”.

La production du film a été assurée par Tolk et Maimik par le biais de leur société, Kuukulgur Film.

En plus de 186 Kilometres, quatre autres oeuvres estoniennes sont sorties cette année. Celle qui a le mieux fonctionné est le documentaire américano-estonien The Singing Revolution de James et Maureen Tust (plus de 15 000 entrées). Au total, cette année, les films estoniens ont pour l'instant séduit plus de 580 000 spectateurs, soit plus d'un tiers du nombre d'entrées enregistré en 2006 (1,5 million).

Après les excellents résultats obtenus l'année dernière par les productions nationales (qui ont presque doublé leur part de marché de 5,12% en 2005 à 9.17%), les films estoniens sont en bonne voie pour battre de nouveaux records une deuxième année de suite. Belle victoire pour un pays qui produit moins de dix longs métrages par an.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.