email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2007 Compétition / Autriche

Seidl exporte son talent sur la Croisette

par 

Pour la première mondiale de son deuxième long métrage de fiction après Dog Days (Grand Prix du jury à Venise en 2001), le réalisateur Viennois quinquagénaire Ulrich Seidl, connu pour ses documentaires (comme Animal Love et Models), a trouvé la plateforme la plus convoitée des cinéastes : le 60ème Festival de Cannes.

Import/Export [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
propose, dans une ambiance hivernale, les trajectoires de deux chômeurs qui vont chercher du travail de l'autre côté de l'ancien Rideau de fer : une infirmière ukrainienne, Olga, qui s'installe en Autriche, et un hooligan de la banlieue viennoise qui va dans l'autre sens. Dans une interview publiée par la Commission autrichienne pour le cinéma, Seidl explique son désir de longue date de tourner à l'Est. S'il s'intéresse beaucoup à la Roumanie, il a choisi l'Ukraine et une actrice ukrainienne n'ayant jamais vu l'Est ; c'est qu'il tenait particulièrement à ce regard distinctement est-européen qui commence à s'atténuer dans les pays de l'UE. Pour ce qui est de sa méthode de travail, Import Export est le fruit de longues préparations, ce qui ne permet que mieux à Seidl de faire du tournage un moment de création où s'ajoute à sa narration et ses recherches la magie subtile de l'action.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Ce film, interprété entre autres par Ekaterina Rak, Nataljia Baranova, Paul Hoffmann et Michael Thomas, a été produit par le réalisateur lui-même. De cette première expérience de production, Seidl retient un surcroît de tensions, notamment par rapport aux imprévus liés aux financements, mais il a fini par réunir 2,1M € et avoue aussi avoir évité beaucoup de problèmes en étant son propre producteur. D'autant plus qu'en cas de contradiction entre ses deux rôles, c'est toujours le metteur en scène en lui qui l'emporte.

Les ventes d'Import Export sont assurées par la société franco-allemande The Coproduction Office.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy