email print share on facebook share on twitter share on google+

VENISE 2007 Horizons Doc

Desplechin joue à domicile

par 

Absent du grand écran depuis 2004, année où Rois et reine concourut pour le Lion d'or, Arnaud Desplechin revient à Venise avec le documentaire L’Aimée, premier titre européen présenté dans la section compétitive Horizons Doc.

Ce long métrage, tourné dans la maison de son père (à Roubaix, où il réalise en ce moment Un Conte de Noël, qui sortira en 2008), est un home-movie au carré : c'est l'histoire d'une famille (et surtout d'une mère jamais connue) dans la demeure qui en abrite les souvenirs... jusqu'au déménagement, où les greniers et coffres dévoilent des photographies, des partitions, des lettres – tout un patrimoine qui illumine le passé d'orphelin Robert Desplechin, père du réalisateur, mais avant tout fils de Thérèse, qui est la véritable héroïne de ces soixante-dix minutes intenses. Arrachée à l'oubli par le biais de souvenirs et de portraits de famille, cette femme habite les photogrammes du film à travers les paroles d'un fils qui ne l'a jamais connue mais continue à perpétuer sa mémoire. Même après le déménagement, pendant lequel la caméra Desplechin scrute pour la dernière fois non pas les meubles et tableaux, mais les coups d'oeil, les superficies et les perspectives perdues à jamais – ou peut-être sauvées par ce film plein de fantômes et de présences impalpables qui rend universel un album de famille très personnel.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L’Aimée, produit par Why Not Productions et Magica Films avec une équipe limitée pour convenir au climat du tournage, est interprété, outre Arnaud et Robert, par Fabrice, Joseph, Davis et Gabriel Desplechin.

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.