email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SORTIES Italie

Delpy : un jour à Rome avec 2 jours à Paris

par 

Julie Delpy, muse de Krzysztof Kieslowski et Richard Linklater, est à Rome pour accompagner son film 2 jours à Paris [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Christophe Mazodier
interview : Julie Delpy
fiche film
]
(voir le Focus), qui sort en Italie. Cette première oeuvre de l'actrice d'Avant l'aube tout est possible, applaudie à la dernière Berlinale et primée au Festival International du Film d’Amour de Mons, est une comédie sentimentale sur les difficultés de la vie de couple, non sans quelques accents mélancoliques.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
EFP hot docs

Le film, écrit, monté, tourné, interprété et mis en musique (en chanson même) par Julie Delpy, plus pour des raisons pratiques que par vraie dévotion pour son nouveau statut d'auteur : "je ne pouvais pas m'offrir un monteur et un compositeur, alors c'est moi qui ait dû m'en occuper. Pour mes prochains films, si le budget me le permet, j'abandonnerai certains de ces rôles, mais je continuerai à être très présente au montage, parce que c'est là que naît vraiment un film – il y avait des scènes que j'aimais beaucoup, mais que j'ai dû couper parce qu'elles ne fonctionnaient pas avec le reste".

Son film n'épargne pas ses concitoyens : il joue sur les stéréotypes, démontrant que les lieux communs ont plus qu'un fond de réalité. Paris est vue principalement à travers le regard de Jack (Adam Goldberg), or le regard de ce new-yorkais fiancé à une parisienne, Marion (Julie Delpy), et en visite chez les parents de cette dernière révèle les habitudes et costumes de la ville lumière.

Ces traits de Paris, la réalisatrice les connaît bien : "Je suis née et j'ai grandi à Paris et c'est une ville que j'aime et déteste à la fois ; ce n'est pas seulement une ville de carte postale, mais aussi une métropole vivante, violente". Son approche auto-critique d'elle-même et de son pays a même valu à l'actrice de sérieuses remontrances : "Le film a bien marché en France, mais j'ai aussi reçu des mots de reproche, et même des insultes et des menaces de mort. L'auto-critique n'est pas notre fort, comme le démontre l'histoire du cinéma – Les sentiers de la gloire et La bataille d'Alger touchaient des nerfs encore à vif et de fait ont été interdits longtemps".

C'est peut-être aussi pour cela que Julie Delpy s'est installée il y a quelques années aux États-Unis : "J'ai quitté la France parce que le cinéma français me mettait mal à l'aise : petit, fermé, conformiste". Et dire que la carrière de l'actrice a commencé sous le signe d'auteurs comme Bertrand Tavernier (La Passion Béatrice), Leos Carax (Mauvais sang), Jean-Luc Godard (Détective). Ensuite, ce jeune talent (nominée deux fois aux Oscars) a traversé l'Atlantique et s'est construit une jolie carrière dans le cinéma américain indépendant, frôlant l'Oscar pour le scénario d'Avant l'aube....

Elle n'en est pas, en effet, à son premier scénario : The Countess, par exemple, inspiré de l'histoire d'Elizabeth Bathory, va devenir un film "en costumes sur le pouvoir et la cruauté". Tandis que son prochain film est en cours de pré-production, 2 jours à Paris continue sa belle carrière internationale : DNC le distribuera en Italie sur 20 copies à partir du 28 septembre.

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy