email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FÊTE DU CINÉMA DE ROME Première

Argento et La terza madre, une famille de cauchemar

par 

C'est une soirée événement pour la Fête du Cinéma de Rome, avec l'avant-première européenne de La terza madre de Dario Argento. Précédé d'un défilé très personnalisé sur un tapis noir et non pas rouge du maître de l'horreur, de sa fille Asia, et de tous les autres acteurs, le troisième volet de sa trilogie consacrée aux sorcières a fait l'objet d'une projection nocturne au terme d'un marathon constitué des projections spéciales de Suspiria et Inferno et d'un concert de Claudio Simonetti, compositeur historique des films du cinéaste – une "nuit Argento" qui a accueilli 1500 spectateurs.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L’oeuvre confirme l'imaginaire halluciné d'Argento, avec une première scène d'éventrage après à peine cinq minutes et des fleuves de sang, de cadavres déchiquetés et d'invocation d'esprits, bons ou méchants, le tout accompagné par les notes inquiétantes de Simonetti et pas moins de 180 effets spéciaux. L'histoire part de la découverte d'une urne enchaînée à un cercueil contenant des objets appartenant à Mater Lacrimarum, la "troisième mère" du titre. Cette découverte suffit à la réveiller ; elle prend alors le contrôle de Rome, qui devient le théâtre de violences ineffables : des mères assassinent leurs enfants et la cruauté sous toutes ses formes met les rues à feu et à sang.

"Ce n'est pas un film politique", a répondu le réalisateur lors de la conférence de presse à une question sur d'hypothétiques intentions sociologiques dans le récit de la férocité qui s'empare de la ville. "Ce n'est que quand le film a été fini qu'on m'a dit qu'il reflétait la violence du monde. En vérité, l'histoire est née dans mon subconscient. J'écris par association d'idées, comme lors d'une séance de psychanalyse chaotique. Du reste, la violence a toujours existé – rappelons nous celle, exacerbée, des années 1970".

La terza madre a aussi été l'occasion de réunir la famille Argento. Outre Asia et son frère Claudio, producteur associé, le film est interprété par Daria Nicolodi (ex-femme d'Argento, mère d'Asia et muse du cinéaste pour beaucoup de films dont Profondo Rosso). "C'est moi qui ait convaincu mon père de prendre ma mère pour ce film, a souligné Asia, car cela m'émouvait de retrouver mes parents ensemble sur un plateau après tant d'années". Quand à l'expérience qui a consisté à diriger sa fille après dix ans, l'auteur a affirmé qu'"Asia a beaucoup changé ; entretemps, elle a réalisé deux films, alors elle est plus consciente des choses, plus distante par rapport au narcissisme des acteurs. Nous avons beaucoup parlé pendant le tournage".

La terza madre, produit par Medusa Film (qui en assure également la distribution) et Opera Film en collaboration avec Sky, sortira le 31 octobre sur 300 copies.

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.