email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS Italie

Le Turin de Nanni

par 

Le Turin de Nanni

Le premier objectif, capter l'attention des médias, semble atteint : à en juger la conférence de presse, particulièrement bondée, le pari de donner les rènes du Festival de Turin à Nanni Moretti aura été gagnant.

Moretti était au centre de l'attention de tous : réalisateur, acteur, producteur, exploitant et distributeur, l'auteur de Journal intime se voit pour la première confier la direction d'un événement cinématographique parmi les plus importants d'Italie. Il a affirmé dès le départ son intention de mener sa mission sous le signe de la continuité avec le passé turinois : "je suis un passionné du festival, c'est une manifestation ancrée dans cette ville et je voudrais que ceux qui font des films s'y sentent comme chez eux. C'est aussi un espace important pour le court métrage et le documentaire, deux façons de faire du cinéma qui m'intéressent et qui auront leurs places propres, Italiana. doc et Italiana. corti, même si la compétition sera le noyau du programme".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Cette section compétitive qui comprend seulement quinze titres est réservée aux débutants et aux deuxièmes et troisièmes films. Six Européens sont en lice : le titre français Lino de Jean-Louis Malesi et Naissance des pieuvres [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Cèline Sciamma et le letton Volgelfrei (réalisé à quatre par Janis Kalejs, Janis Putnins, Gatis Smits et Anna Viduleja), et encore :le film irlandais Garage [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ed Guiney
interview : Jean-François Deveau
interview : Lenny Abrahamson
fiche film
]
Garage
de Lenny Abrahamson, le titre allemand Neandertal de Jan Christoph Glaser et Ingo Haeb et la comédie caustique norvégienne The Art of Negative Thinking [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Bard Breien.

L’Italie fait l'objet d'une section ad hoc, Panorama Italiano, qui présentera Vogliamo anche le rose [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
d'Alina Marazzi (très applaudi à Locarno) et quatre avant-premières mondiales : le premier long métrage de l'acteur Fabrizio Bentivoglio (Lascia perdere, Johnny!), le nouveau film de Peter Del Monte (Nelle tue mani) et deux titres liés à la tradition industrielle du chef-lieu piémontais, In fabbrica de Francesca Comencini (documentaire de montage sur la classe ouvrière) et Signorina Effe de Wilma Labate, histoire d'un amour impossible sur fond de lutte syndicale à l'usine Fiat.

Trois des sections parallèles sont riches en films européens : Avant-premières, où quelques distributeurs italiens offriront la première de certains gemmes de leurs catalogues, d'Irina Palm [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Sam Garbarski
interview : Sébastien Delloye
fiche film
]
deSam Garbarski (en compétition à Berlin, dans les salles en décembre distribué par Teodora) au film irlandais Once [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de John Carney (distribué par Eagle Pictures) ; La zona, section consacrée au cinéma de recherche qui proposera les dernières oeuvres de deux auteurs hongrois très aimés de la critique internationale, The Man from London [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Béla Tarr et Milky Way de Benedek Fliegauf; enfin, Hors compétition, où on pourra voir Farkas du réalisateur hongrois Tamás Tóth, le titre anglais Brick Lane [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Sarah Gavron, et arrivé directement de Cannes –le deuxième film réalisé par Valeria Bruni Tedeschi (Actrices [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
) et la coproduction franco-russe Aleksandra [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
d'Aleksandr Sokurov.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy