email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION République Tchèque

Tournage du nouveau film de Renč

par 

Tournage du nouveau film de Renč

Filip Renč est en tournage sur son nouveau film Guard No. 47, dressant le portrait d'un soldat perturbé, alors qu'il vient de livrer à la télévision tchèque Nova un thriller d'actions.

Guard No. 47, basé sur le roman éponyme de Josef Kopta (1926), sera le premier remake de l'histoire du cinéma tchèque. La première version, datant de 1937, avait été réalisée par Josef Rovenský, sur un scénario d'Otakar Vávra.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le fameux scénariste Eduard Verner a repris l'histoire juste avant sa mort en 2003. Renc a également été aidé par le cinéaste Zdeněk Zelenka pour l'écriture du scénario .

Renč vient de boucler la post-production de At One´s Own Risk, tourné en Bosnie et en Roumanie et produit par Nova. Le tournage de son nouveau projet a commencé le 1er novembre.

"J'ai vu la première version; c'était un bon film pour l'époque", a déclaré Renč au quotidien Mladá Fronta Dnes, mais il a ajouté que sa version serait tout à fait différente: " Nous voulons faire une film rude sur un village rude où personne n'a pitié du personnage principal."

Le rôle principal est interprété par Karel Roden, qu'on a vu dans 15 minutes aux côtés de Robert De Niro ainsi que dans Les vacances de Mr. Bean [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
en compagnie de Rowan Atkinson. Et tout comme Renč apparaissait dans le film oscarisé de Jan Svěrák Kolya, Svěrák interprétera un vétéran de la guerre dans Guard No. 47.

Czech Television, qui depuis une dizaine d'années agit en qualité de coproducteur, a décidé de produire et distribuer seule ce film au budget estimé autour de 1 million d'euros. La sortie est prévue pour la deuxième moitié de 2008.

"Le sujet du livre et du scénario nous tient à coeur," a confié à FNE Ilona Jirásková, productrice associée à la Télévision Tchèque , ajoutant qu'ils désiraient être seuls producteurs d'un à deux films par an. "Bien que non commercial, le film de Renč par l'intérêt du sujet vaut d'être produit.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy