email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLINALE 2008 Compétition / Royaume-Uni

L'horreur des abus d’enfants secoue le festival

par 

Agée seulement de huit ans, Leslie a été arrachée à ses jeux et est entrée dans l’enfer souvent sans échappatoire de la violence exercée à l’encontre des mineurs. Son existence comme celle de milliers d’autres enfants du monde entier a été parsemée d’une douleur sans rédemption : les souffrances de la rue, de la drogue et de la prostitution.

Gardens of the night, le long métrage-choc de Damian Harris, fils de l’acteur irlandais Richard Harris et remarqué notamment pour le film noir Bad Compagny (1994) a été présenté hier en compétition à la Berlinale et a instantanément suscité un débat très animé sur un thème particulièrement d’actualité.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Comme il est en effet rappelé dans le générique, environ 1,3 million de mineurs vivent à l’heure actuelle dans la rue aux Etats-Unis et 60 % d’entre eux ont été victimes d’abus sexuels depuis leur plus jeune âge.

Préférant recourir à la la dureté des dialogues et à une photographie sale et très réaliste plutôt qu’aux images fortes, Damian Harris a néanmoins réalisé un film très inégal, pénalisé par un scénario relativement conventionnel.

Le cinéaste a souligné qu’il s’était documenté en profondeur avant de passer à l’écriture du script : "j’ai voyagé à travers les Etats-Unis et recueilli du matériel. J’ai rencontré les parents d’enfants disparus et j’ai rendu visite aux départements de la police dédiés à la lutte contre la violence sur les mineurs." "La documentation a été réunie dans une première ébauche de scénario écrite en 1990. En 2006, avec mes producteurs, nous avons décidé de tourner quoi qu’il en soit, de manière indépendante et j’ai également participé au financement" a-t-il ajouté.

Gardens of the night, dont le titre est extrait d’une poésie de Robert Bridges, est une coproduction associant la Grande-Bretagne et les Etats-Unis via La Nuit Americaine Films, Station 3 et Fastback Pictures. Les ventes internationales ont été confiées à Sobini Films (groupe Lionsgate Films).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy