email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLINALE 2008 Panorama / Allemagne

Kinski et les Pharisiens

par 

Aujourd'hui, le public de la Berlinale a pu revivre une "performance" passionnée donnée par Klaus Kinski en 1971 devant un public scandalisé et des plus turbulents. Pour Jesus Christ Saviour [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, le réalisateur Peter Geyer a en effet réuni des documents d'archives exceptionnels aussi en cela qu'ils témoignent d'une époque où les spectateurs ne voulaient plus se taire et écouter mais s'insurger à haute voix.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Drôle de film que ce documentaire-spectacle où l'on entre en présentant son ticket aux ouvreurs pour voir un homme seul rendre au Messie son vrai message, car le Christ que Kinski nous décrit avec une voix plus forte que jamais qui lui tire des larmes de rage et de passion est un homme recherché par la police, un "anarchiste" sans patrie, sans parti, sans religion, sans église, à des lieues de la "superstar" tuméfiée accrochée à sa croix des bourgeois et des prêtres...

Mais il est interrompu par un public qui lui reproche son argent et sa fatuité à lui, Klaus Kinski, et qui demande qu'on lui rendre les 10 marks payés pour entrer, alors Klaus retourne la provocation et s'impatiente, car il a un message à délivrer. Il reprend du début, fait passer le récit à la première personne, et de nouveau la salle l'injurie pour la violence de son message d'amour . "Mais c'est en vous fouettant au visage que Jésus vous répondrait", rugit l'acteur-messie, pris à son propre jeu de substitution d'identité – car s'il menace d'interrompre le spectacle, il tient trop à son message pour partir, alors il attend que les "Pharisiens" s'en aillent pour continuer de prêcher devant un groupe d'apôtres qui sachent "fermer leurs grands becs".

C'est finalement, plus que ce message d'agitateur, cette perfomance-incarnation qui prend aux tripes, car si le public de 1971 reproche à Kinski l'utilisation qu'il fait de son charisme, ce que révèlent les images du film de Geyer, c'est la farouche sincérité de l'artiste tourmenté.

Jesus Christ Saviour, produit par le réalisateur et Kinski Productions, sera distribué en Allemagne par Salzgeber à partir du 17 avril prochain, mais n'a pas encore trouvé de distribution internationale.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy