email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLINALE 2008 Panorama / Allemagne

Miroir mon beau miroir, dis-moi ce qu'il y a de l'autre côté

par 

Miroir mon beau miroir, dis-moi ce qu'il y a de l'autre côté

Hier, le public allemand de la Berlinale a de nouveau montré son enthousiasme pour les productions locales, notamment les documentaires, qui parcourent des pans de l'histoire allemande récente. La première projection de The Beauties From Leipzig (Sag mir, wo die Schönen sind), de Gunther Scholz, a fait salle comble.

Ce documentaire repose sur une prémisse originale : Scholz a voulu accompagner le photographe Gerhard Gäbler et retrouver les neuf candidates aux élections de Miss Leipzig 1989, que l'artiste avait alors immortalisées par des photos et enregistrements sur cassette audio, pour les faire poser de nouveau. Loin d'être futiles, ces Est-allemandes désormais quarantenaires se font les témoins d'une époque et des changements survenus depuis. La plupart n'avaient d'ailleurs participé à ce concours de beauté que pour s'extraire ne fût-ce qu'un instant à la précarité de la vie en RDA.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Alors infirmière, ouvrière dans une centrale thermique, employée dans une usine de biscuits salés, conductrice de tramway, cheftaine d'une faction socialiste..., certaines sont restées à Leipzig et continuent de vivre des vies simples (car qui est né en Allemagne de l'Est sait manifestement se réjouir de petites choses), d'autres sont allées à Berlin, à Dubai, en Afrique pour y exercer des métiers mieux rétribués comme décoratrice d'intérieur, directrice d'une agence de relations publiques...

Elles se souviennent néanmoins des temps plus difficiles et l'évoquent avec un humour qui a fait mouche à Berlin, où le public se délecte de ces détails qui unissent le privé et l'Histoire : les maillots de bain Est-allemands qui ne séchaient jamais, la mode de l'époque... Une des protagonistes regardant sa photo à vingt ans et souriant à l'idée qu'elle s'était présentée à ce concours de Miss avec des mollets velus a déclenché des tonnerres de rires : "Je me disais 'pourquoi donc devrais-je me raser les jambes ?!', et puis la RDA s'est effrondrée !".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy