email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION Italie

Kasia Smutniak "entre les mains" de Peter Del Monte

par 

Parmi la poignée d'auteurs italiens qui se consacrent depuis toujours à enquêter sur l'univers féminin, Peter Del Monte confirme sa vocation avec son dernier projet, Nelle tue mani (litt. "entre tes mains"), portrait de Mavi, jeune femme "instable, qui plonge dans le désarroi tous ceux qui l'entourent. C'est un personnage en apparence destructeur, mais en fait parcouru d'une énergie vitale contagieuse".

Elle est interprétée par la Polonaise Kasia Smutniak, désormais adoptée par le cinéma italien. Après Caos Calmo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Antonello Grimaldi
interview : Domenico Procacci
fiche film
]
, elle entreprend ici son premier rôle principal : "un personnage difficile, qui vit le présent comme un animal sauvage qui suit seulement son instinct. Pour l'interpréter, je me suis préparée longuement, mais sur le plateau j'ai décidé de me fier complètement au réalisateur".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

À ses côtés, Marco Foschi joue le rôle de son mari Teo, astrophysicien, "un personnage compréhensif, doux, qui malgré son métier de scientifique est attiré par le mystère et donc l'irrationalité de Mavi". "Pour lui, explique Del Monte en citant le dernier film de Sean Penn, "le contact avec Mavi est un voyage into the wild : il ne va pas jusqu'en Alaska mais découvre les terres sauvages de l'amour. Le chaos entre dans sa vie et se met à la dominer".

L’auteur de Compagna di viaggio ne s'attaque pas pour la première fois à l'histoire d'une inconnue qui bouleverse les existences des personnages : "depuis Irene, Irene, je raconte souvent des personnages apparemment stables et sûrs d'eux qui se trouvent déséquilibrés par le contact avec l'inattendu". Un contact qui, dans ses films, a souvent des allures féminines : "les femmes sont un mélange de lumières et de ténèbres, et même la maternité peut cacher une zone d'ombre latente".

Bien qu'il soit l'oeuvre d'un auteur actif depuis plus de trente ans et souvent récompensé dans les festivals, Nelle tue mani n'a pas obtenu "la reconnaissance d'intérêt culturel national" du MiBAC. Ce film, qui a coûté 700 000 euros, a été produit par la société 11 Marzo Film de Roberto et Matteo Levi avec Blue Film et Coca Color. Présenté en avant-première au dernier Festival de Turin, il arrive dans les salles le 14 mars, distribué par Teodora sur 30 copies.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy