email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SORTIES Italie

Castellitto et Favino en méchants dans Narnia

par 

Castellitto et Favino en méchants dans Narnia

Sergio Castellitto, icône du cinéma d'auteur italien également apprécié en France (où il s'apprête à tourner le nouveau film de Jacques Rivette, après une première collaboration pour Va savoir), est à présent à l'affiche d'un titre hollywoodien dans le premier rôle de méchant de sa carrière. Le 14 août, Walt Disney Studios Motion Pictures lance en effet sur 700 écrans italiens Le Monde de Narnia, Prince Caspian d'Andrew Adamson, second chapitre de la saga fantastique tirée des romans de C.S. Lewis.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Après la sorcière blanche interprétée par Tilda Swinton dans le premier volet, Le lion, la sorcière blanche et l'armoire magique, "je cherchais des acteurs latins pour les rôles des méchants", explique le réalisateur, qui pour le prochain épisode de Narnia (peut-être le dernier, compte tenu des résultats peu enthousiasmants du film outre-Atlantique) passera le relai à Michael Apted.

Dans le film, Castellitto joue Lord Miraz, le malveillant oncle de Caspian qui, après avoir banni du royaume son neveu, l'héritier légitime, déclare la guerre aux mythiques habitants de Narnia, alliés du prince : centaures, gnomes, animaux qui parlent... Ceux-ci sont menés, comme dans le premier chapitre, par quatre très jeunes frères anglais de nouveaux catapultés d'une Londres bombardée pour cause de Deuxième guerre mondiale dans ce monde magique.

“Je me suis inspiré de Shakespeare, notamment de Claudius dans Hamlet, ainsi que de Charles Laughton, mon méchant préféré sur le grand écran, un personnage sans pitié mais non sans ironie", souligne l'acteur, qui dans la mesure où il jouait en anglais, a "cherché un style interprétatif différent" et s'est découvert parfaitement à l'aise même dans ce genre peu commun, du moins actuellement en Italie : "On ne fait pas de films comme celui-là chez nous, et pas seulement pour des raisons économiques. Aux États-Unis, le genre fantastique est libre, démocratique, alors que nous restons esclaves de l'idéologie".

Cet avis est partagé par l'autre Italien du film, Pierfrancesco Favino, qui tient le rôle du général Glozelle, lieutenant de Miraz : "Le seul exemple de film fantastique en Italie reste Pinocchio. Le problème, c'est que Hollywood raconte les histoires avec une liberté que nous n'avons pas ; ici, nous suivons le public et finalement nous faisons de moins de moins de films en lesquels nous croyons vraiment", déclare l'acteur, fort de ses expériences américaines précédentes sur les tournages de A Night at the Museum et Angels and Demons.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy