email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2008 Compétition / Italie

Bechis sur la terre des déshérités

par 

Bechis sur la terre des déshérités

"Nous voulons seulement qu'on nous laisse une chance de survivre", a dit Eliane Juca da Silva en ne retenant pas ses larmes devant les journalistes, qui ont chaudement applaudi la projection de Birdwatchers - La Terra degli Uomini Rossi [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Marco Bechis. Eliane fait partie des interprètes du film, qui appartiennent au peuple des Guarani Kaiowà du Mato Grosso do Sul, au Centre-Ouest du Brésil. Pour Eliane, la vitrine internationale qu'est la Mostra est l'occasion rêvée pour faire savoir au monde que son peuple souffre d'avoir perdu presque tout son territoire, déforesté et usurpé par les éleveurs et les cultivateurs de produits transgéniques. Les Indiens se retrouvent amassés dans d'étroites réserves et les cas de suicides parmi les jeunes augmentent.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Partant de l'universelle "question de l'autre" (comme l'a baptisée Tzvetan Todorov), le réalisateur italo-chilien, connu pour ses deux films sur la dictature argentines et les disparus (Garage Olimpo et Hijos - Figli), a étudié le cas concret des Guarani Kaiowà, évoqué dans les campagnes de l'association internationale Survival, qui défend les populations indigènes. "Je n'ai pas eu besoin d'inventer grand chose pour l'histoire, après mes nombreux voyages dans le Mato Grosso et toutes les rencontres que j'ai faites, explique le réalisateur, mais il était nécessaire de construire le film, de définir une frontière subtile entre documentaire et fiction". C'est dans cet esprit qu'à côté d'acteurs professionnels (les Italiens Claudio Santamaria et Chiara Caselli et les Brésiliens Matheus Nachtergaele et Leonardo Medeiros), Bechis a filmé les Indiens locaux. Au contraire de The Mission de Roland Joffé, où les Guarani servaient de fond aux visages de Robert De Niro et Jeremy Irons, ici les indigènes sont au premier plan et jouent le premier rôle.

Ce choix a porté chance au réalisateur : Abrisio Da Silva Pedro, qui joue le rôle d'un jeune destiné à devenir chamane et combattre le mal incarné par l'esprit Anguè, et Ambrosio Vilhalva, leader du groupe d'Indiens qui décident d'occuper un terrain qui leur revient de droit qui se fera tuer par les riches "fazenderos", nous offrent avec leurs camarades des interprétations qui soulignent efficacement l'âpreté du conflit entre le Nouveau Monde et ses abus et la spiritualité profonde d'une culture ancienne liée à la nature.

Birdwatchers a été produit par Amedeo Pagani (auquel Garage Olimpo a valu le David de Donatello du meilleur producteur en 2000) et la société brésilienne Gullane, en collaboration avec Rai Cinema. Le film sort en Italie demain (distr. 01) et au Brésil en décembre.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy