email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SORTIES France

Parlez-moi de la pluie : l’humiliation à la sauce Jaoui-Bacri

par 

Parlez-moi de la pluie : l’humiliation à la sauce Jaoui-Bacri

Propulsée par StudioCanal sur 412 copies, Parlez-moi de la pluie [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
d’Agnès Jaoui constitue l’événement de ce mercredi où dix nouveautés débarquent à l’affiche dans l’Hexagone. Soutenu par la majorité des critiques, le film signe le retour de la cinéaste-actrice et de son complice Jean-Pierre Bacri et l’arrivée dans leur univers du très populaire Jamel Debbouze (Indigènes [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jean Bréhat
interview : Rachid Bouchareb
fiche film
]
). Figurent également au casting Pascale Arbillot et la valeur montante Florence Loiret-Caillet pour un long métrage explorant les relations humaines dans une veine plus comique et sentimentale que dans les œuvres précédentes de la réalisatrice.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vainqueur de trois César du meilleur scénario (Smoking/No Smoking en 1994, Un air de famille en 1997 et On connaît la chanson en 1998 avec en prime les titres de meilleurs seconds rôles féminin et masculin), le couple Jaoui - Bacri a ensuite travaillé pour son propre compte avec Agnès Jaoui à la mise en scène. Une formule couronnée de succès avec Le goût des autres (3,8 millions d’entrées France en 2000, nomination aux Oscars, quatre César dont ceux de meilleur film et meilleur scénario) et Comme une image [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(prix du meilleur scénario à Cannes en 2004 et 1,6 million de spectateurs dans l’Hexagone).

Situé dans le Sud de la France, Parlez-moi de la pluie retrace les mésaventures d’un duo tentant de réaliser un documentaire sur une femme politique féministe (Agnès Jaoui). Mais rien ne se passera comme prévu pour le réalisateur sur le déclin (Jean-Pierre Bacri) et son alter-ego (Jamel Debbouze), le fils de la femme de ménage de la politicienne. Des péripéties quasi burlesques s’ensuivent qui sont surtout l’occasion de traiter le sujet de l’humiliation et des rapports de soumission (volontaire ou non). "Chacun se sent humilié, ou plus exactement victime d'une injustice, d'une discrimination" (sexisme, racisme, déficit d’amour, statut social, etc) explique Agnès Jaoui. "Aujourd'hui, beaucoup de gens se vivent comme des victimes et s'enferment dans cette position (…). Le problème, c'est que tout le monde se sent plus victime que l'autre." Produit par Les Films A4 pour un budget de 12,24 M€, Parlez-moi de la pluie a bénéficié d’une coproduction de France 2 Cinéma et de préachats de Canal + et TPS.

A signaler également les sorties de La belle personne [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Christophe Honoré (Le Pacte sur 48 copies), de la production britannique Obscénité et vertu de Madonna (La Fabrique de films - 105 copies) et deux documentaires français : C'est dur d'être aimé par des cons de Daniel Leconte (Pyramide - 62 copies) et 20 minutes de bonheur du duo Oren Nataf - Isabelle Friedman (Shellac – 3 copies).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.