email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVAL DE ROME France

La "cliente" entre solitude, orgueil féminin et histoires de gigolos

par 

Cliente [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
est un Pretty Woman à rebours qui ne se termine pas comme un conte de fée. Ce long métrage doux-amer réalisé par l'actrice-réalisatrice-scénariste Josiane Balasko (César du meilleur scénario en 1996 pour Gazon maudit) est en lice dans la Sélection Officielle – Cinéma 2008 du 3ème Festival de Rome.

L'héroïne du film est Judith, présentatrice d'une émission de téléshopping (interprétée avec classe par une Nathalie Baye qui ne pouvait pas mieux convenir au rôle) qui, à cinquante ans, est divorcée mais encore belle et aime se faire accompagner, sans complexes ni faux moralisme, par de jeunes escorts recrutés par internet. L'un d'eux, Patrick (Eric Caravaca), la conquiert par sa gentillesse et sa simplicité, mais les chemins des deux amants restent, malgré eux, inexorablement séparés.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Cliente, adaptation du roman éponyme écrit par Balasko (qui dans le film incarne Irène, la soeur de Judith, qui contrairement à sa cette dernière croit encore en l'amour et justement, sous le coup de la passion, déménage en Arizona pour y suivre son chaleureux prince charmant peau rouge), traite sans fausse pudeur deux thèmes brûlants : celui de la solitude des femmes divorcées d'âge mûr et celui de la prostitution masculine. "Comme avec Gazon maudit, où j'abordais le thème de l'homosexualité féminine, j'ai voulu avec ce film combler une lacune", a expliqué la réalisatrice, qui s'est de son propre aveu inspirée de la manière de mélanger rires et larmes des grandes comédies à l'italienne de Scola, Risi et Comencini. "Le cinéma est plein de femmes qui se prostituent, mais on parle rarement des hommes qui le font".

"C'est moi qui ai demandé à Josiane de me confier ce rôle, qui est superbe pour une actrice", a précisé Nathalie Baye, coutumière des rôles transgressifs (comme dans Une liaison pornographique de Frederic Fonteyne). "La raison pour laquelle on me choisit volontiers pour des rôles de femmes qui se livrent à des transgressions, c'est sans doute le fait que j'ai un physique classique et rassurant et que le contraste fonctionne", a-t-elle ajouté.

Cliente est aussi un film sur l'orgueil féminin dont les personnages féminins sont dignes et cohérentes dans leurs choix quitte à aller dans des directions peu conventionnelles en amour et dans la vie. On peut citer la scène où Fanny (Isabelle Carré), l'épouse de Patrick, est désespérée parce que son mari est parti et pleure dans la voiture de Judith, qui lui dit : "Ne t'abaisse pas comme ça, aucun homme ne le mérite". Parole de femme abandonnée par son mari pour une femme jeune (qu'on voit dans une scène du film, enceinte) qui pourrait être sa fille. Prévisible mais vrai.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy