email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVAL DE ROME Italie

Si può fare, on est tous bizarres vus de près

par 

Un entrepreneur milanais et une bande de "tarés" : voilà les protagonistes de Si può fare [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(t.i. We Can Do That), réflexion de Giulio Manfredonia sur la possibilité de donner corps aux mini-utopies qui a été présentée ce matin, hors-compétition, dans le cadre de la sélection officielle du Festival de Rome (dont la 3ème édition s'achève demain avec la cérémonie de remise des prix).

Le film raconte l'histoire de Nello, entrepreneur des années 1980 (époque de l'éclosion de l'hédonisme et du luxe qui a valu à la capitale lombarde le surnom de "Milan à boire") qui décide d'ouvrir une coopérative spécialisée dans la réalisation de parquets décoratifs. Son entreprise a toutefois une particularité : les employés sont tous d'anciens malades mentaux récemment sortis de l'hôpital psychiatrique en application de la Loi Basaglia et qui se voient ainsi offrir la chance de commencer de nouvelles vies.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La réalité s'avèrera plus compliquée qu'ils ne l'avaient anticipé : les patients sont tous confrontés à des choses tout à fait nouvelles comme l'amour, les obligations et les perspectives d'avenir. Cependant, et c'est un autre grand thème du film, la frontière entre la normalité et la folie n'est pas si facile à établir.

Comme l'a invoqué l'acteur principal, Claudio Bisio (plus connu en Italie comme comique pour la télévision), lors de la conférence de presse, "le plus gros point fort du film est le fait que cette histoire est vraiment arrivée. Il y a vraiment eu des gens comme Nello qui ont donné vie à cette modeste utopie". Le réalisateur, de son côté, a souligné que l'équilibre du film réside dans le fait qu'il "se concentre sur les personnages, leurs histoires et leurs vies et aussi leurs émotions".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy