email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

INDUSTRIE Suède

Un nouveau rapport sur le remodelage des politiques concernant le cinéma

par 

Dans son rapport intitulé "Politiques et stratégies futures pour le secteur du cinéma en Suède", commissionné par l'Association des producteurs de cinéma suédois et le fonds régional Film i Väst, l'agence de conseil britannique Olsberg/SPI a énoncé dix recommandations, dont un changement de nom pour l'Institut suédois pour le cinéma et une nouvelle loi.

Mardi dernier, le cinéma de l'Institut, le Mauritz, était plein à craquer de représentants de l'industrie venus entendre la présentation de ce rapport très attendu par Jonathan Olsberg ainsi que les conseils personnels de ce dernier sur les manières possibles d'améliorer l'état de l'industrie du cinéma suédoise. L'objectif du rapport était de poser des bases de discussion, car le terme de l'Accord sur le cinéma suédois entre l'État et l'industrie est en 2010.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

"L'Accord sur le cinéma était une bonne idée, mais c'est aussi la raison de l'absence de toute politique pour le cinéma active dans ce pays", a déclaré Björn Rosengren, directeur de l'Association des producteurs suédois. "Nous sommes extrêmement contents de ce rapport, qui a les ambitions et la précision qui manquaient à nos discussions sur l'avenir du cinéma suédois. La dimension internationale du rapport est également importante pour que nous puissions continuer notre travail".

Quelques unes des recommandations principales du rapport d'Olsberg/SPI:

• Remplacer l'Accord sur le cinéma par une vraie loi sur le cinéma
• Donner à l'Institut le nouveau nom de Screen Sweden et renforcer son rôle stratégique
• Remplacer le système actuel par un système garantissant des financements de la part de tous types de distributeurs quel que soit le format sur lequel ils opèrent, y compris en ligne
• Remplacer le soutien public dépendant des résultats au box-office par un soutien automatique aux films commerciaux selon le succès déjà obtenu par le réalisateur
• Réserver davantage de soutiens sélectifs distribués par Screen Sweden aux films audacieux qui, autrement, pourraient ne pas trouver de soutien automatique
• Lutter conte le piratage et les téléchargements illégaux par le biais d'une série de mesures plus rigoureuses • Examiner la situation de monopole sur les écrans du géant scandinave Svensk Filmindustri.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy