email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SORTIES Italie

Giulia non esce la sera de Piccioni, amour et drame au bord de la piscine

par 

Giulia non esce la sera de Piccioni, amour et drame au bord de la piscine

L'eau : c'est pour Giulia un élément indispensable, un liquide amniotique où nager et trouver le seule liberté possible. Pour Guido, c'est la mer de la vie, où l'on vogue comme une bouée, où l'on survit tout en partant à la dérive ou bien où l'on se prend pour un sauveteur auquel les gens peuvent s'agripper.

Giulia, jeune détenue pour crime passionnel qui enseigne la natation pendant les heures de semi-liberté que lui a concédées le juge, et Guido, écrivain à succès peu convaincu de l'utilité de son métier, vivent une fugace histoire d'amour faite d'abdication, de fragilité et d'égoïsme dans le nouveau film de Giuseppe Piccioni, Giulia non esce la sera [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, produit par Lionello Cerri pour Lumière & Co. avec Rai Cinema. Ce film sort dès ce vendredi 27 février sur 181 copies distribuées par 01.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L'héroïne est interprétée par Valeria Golino, qui imprègne avec sensibilité son personnage de toute la profondeur et la vulnérabilité d'une femme contrainte à renoncer à tout, de son amour pour sa fille à celui qu'elle ressent pour l'homme qu'elle rencontre à la piscine. Valerio Mastandrea, dans le rôle de l'intellectuel en crise, souffre un peu des didascalies d'un scénario (co-écrit par le réalisateur avec Federica Pontremoli) qui se répéte, se recroqueville et se prostre, dans la lignée de ce cinéma dramatique mâtiné de cet humour amer et névrotique dont Nanni Moretti est devenu le maître.

Les fantômes des récits de l'écrivain se mêlent aux gens réels (sa femme Sonia Bergamasco, l'éditrice Piera Degli Esposti, la fille de Guido, Domiziana Cardinali, et celle de Giulia, Chiara Nicola) dans le cadre d'un dispositif bien photographié par Luca Bigazzi et bien monté par Esmeralda Calabria. Le final se produit avec une lenteur prévisible, scandé par la belle chanson des Baustelle chantée par Valeria Golino, chanson qui ressemble de près aux titres "If You Want Me" et "Falling Slowly" du film irlandais Once [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(Oscar 2008 de la meilleure chanson originale pour le second).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy