'71 (2014)
Barbarians (2014)
Sils Maria (2014)
Winter Sleep (2014)
Magical Girl (2014)
Une nouvelle amie (2014)
Mr. Turner (2014)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

email print share on facebook share on twitter share on google+

Country Focus: Allemagne

Allemagne: le système allemand de financement des films (publié en mars 2005)

par 

- Du régional au fédéral : une fenêtre sur le monde


Le système allemand de financement des films a longtemps été considéré comme une exception en Europe. Jusqu'à récemment, l'Allemagne ne possédait pas de fort soutien fédéral ni de Ministre de la Culture. Les fonds régionaux étaient alors les seuls soutiens publics disponibles pour les producteurs avec leur "coefficient de dépenses régionales" bien connu, qui les obligeait à utiliser un pourcentage du soutien reçu pouvant s'élever jusqu'à 150% uniquement dans cette région! Désormais, le paysage audiovisuel allemand est lentement mais sûrement en pleine évolution.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Les producteurs étrangers sont souvent désarçonnés face à l'importance des fonds régionaux en Allemagne, mais la constitution fédérale de ce pays précise que les compétences en matière de culture et d'audiovisuel reviennent aux régions (Länder). Jusqu'au début des années 90, chaque région allemande disposait de son “Filmbüro”, lesquels ont presque tous été transformés en sociétés à responsabilité limitée (SARL) financées par les gouvernements locaux avec l'aide de banque et de chaînes de télévision. Ces Fonds sont actifs dans les domaines du cinéma et de la télévision offrant un large spectre de soutiens: écriture et développement, production, distribution et ventes, sans oublier les festivals et les salles. Produire en Allemagne demande souvent le soutien de plusieurs fonds régionaux qui n'imposent à être installé dans la région pour accéder aux subventions. L'obligation régionale de dépenses en Bavière et en Rhénanie du Nord Westphalie étant de 150% du montant alloué, il est assez rare qu'un producteur s'adresse à ces deux fonds, si ce n'est dans le cas de grosses productions comme le nouveau projet de Constantin Film, Le Parfum [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
. Au contraire, une combinaison d'un des deux fonds les plus important avec un autre plus "petit" (MDM ou Berlin Brandenburg), dont l'obligation de dépenses n'est que de 100%, apparaît assez souvent sur les plans de financement.
Pour Ole Nicolaisen, directeur de production sur Celluloid Dreams (un documentaire produit par Flying Moon Filmproduktion sur les projectionnistes de cinéma à travers le monde soutenu par le Medienboard Berlin-Brandenburg et la Filmstiftung de Rhénanie du Nord Westphalie), "c'est une chance de disposer de tant de soutiens à l'industrie cinématographique en Allemagne, mais cela rend le processus de production bien plus compliqué!" En effet, en parallèle du budget, un producteur allemand doit montrer à chaque fonds régional comment il dépenser l'argent reçu dans cette région (salaires, location de matériel, post-production, assurances, etc.) Cela devient presque un jeu d'attribuer telle dépense à tel endroit. Mais un jeu jamais très loin du cauchemar…

Les fonds régionaux sont inévitables

L'histoire allemande contemporaine est tout aussi cruciale pour comprendre l'essor des fonds régionaux dans les années 90. Après la réunification du pays, les régions de l'est se devaient de combler le fossé qui les séparait de celles de l'ouest. La structuration du paysage audiovisuel local a été un aspect primordial de la création du Medienboard Berlin-Brandenburg en 1994. Aspect toujours déterminant de la politique du fonds dirigé par Kirsten Niehuus qui est le seul (avec le MDM) à proposer une aide au paquet de projets (slate funding). Basé à Potsdam, le fonds est au cœur d'un espace très dynamique d'environ 10.000 entreprises actives dans le domaine des médias et employant près de 115.000 personnes. Doté d'un budget annuel d'environ 12 millions d'euros, les professionnels de la région n'hésite pas à dire que s'ils n'ont pas autant d'argent que les autres, ils ne manquent pas d'idées! En effet, quelques unes des sociétés de production les plus dynamiques du pays sont installées à Berlin ou Potsdam comme par exemple Egoli Tossell ou X Filme. La politique du Medienboard n'est pas d'allouer des sommes colossales (même si Le petit ours 2 a bénéficié d'un soutien de 800.000 euros) mais de soutenir une plus grande variété de films. En 2004, 46 films pour le grand écran ont été cofinancés par le Medienboard dont Gespenster (Schramm Film ) de Christian Petzold et Paradise Now [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(Razor Film Produktion) de Hany Abu-Assad, tous deux en compétition à la Berlinale. Cela fait indéniablement du Medienboard un des fonds régionaux les plus dynamique d'Allemagne.

Créé en 1996, l'objectif du FilmFernsehFonds Bayern est de développer l'industrie audiovisuelle bavaroise "non seulement quantitativement mais également qualitativement." Financé par le gouvernement du Land de Bavière, le diffuseur télévisuel local BR Bayerischer Rundfunk, les chaînes nationales ZDF, RTL et ProSiebenSat1 ainsi que par l'autorité bavaroise de régulation de la télédiffusion commerciale (Bayerische Landeszentrale für neue Medien – BLM) et Tele München Gruppe, le FFF dispose d'un budget annuel d'environ 30 millions d'euros. En raison du soutien de plusieurs télédiffuseurs, le FFF porte une attention toute particulière aux téléfilms. Une autre particularité du financement régionale en Bavière se trouve dans le lien étroit entre le FFF et le BBF (Bayerische Bankenfonds) créé en 2000. Ce fonds, alimenté par quatre banques locales (Bayerische Landesbank, LfA Förderbank Bayern, HypoVereinsbank et Bankhaus Reuschel & Co), dispose d'environ 10 millions d'euros l'an. Cette aide particulière s'adresse surtout à des films à gros budget pour un montant maximal de 1 million d'euros.
Le FFF, dirigé par Klaus Schaefer, alloue environ les deux tiers de son budget annuel au soutien des long-métrages. Comme dans tous les fonds régionaux, les aides sélectives prennent la forme d'avance sur recettes. Le fonds récupère sa subvention en seconde position sur les revenus allemands et mondiaux pendant une période de dix ans jusqu'au remboursement intégral. Celui-ci donne accès à un "prêt de succès" (comparable à un soutien automatique), lequel peut être cumulé avec un soutien sélectif à la production. Récemment, des auteurs aussi réputés que Volker Schlöndorff et Raoul Ruiz ont vu leurs œuvres soutenues. Un million six cents mille euros du FFF et un million du BFF ont été alloués au Parfum, produit par Bernd Eichinger (La chute [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
fiche film
]
, Nowhere in Africa [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
).

Etant le Land le plus peuplé d'Allemagne et le plus actif en matière audiovisuelle avec environ 350.000 professionnels, il est donc logique que la région de Rhénanie du Nord Westphalie possède le fonds le mieux doté du pays. Créé en 1991 et situé à Düsseldorf, la Filmstiftung dispose de 36 millions d'euros. Dirigé sous la forme d'une entreprise privée par Michael Schmid-Ospach, son financement provient de l'Etat de Rhénanie du Nord Westphalie, du télédiffuseur local WDR Westdeutscher Rundfunk, des chaînes nationales ZDF et RTL ainsi que du Centre régional pour les médias (Landesanstalt für Medien).
Deux programmes de soutien à la production sont accessibles. Celui dit de "Production 2", géré auparavant par le "Filmbüro" local, dédie son million et demi d'euros à des projets à faible budget dont le producteur doit nécessairement être installé dans la région. La Filmstiftung offre également une fois par an et pour un seul projet documentaire la bourse "Gerd-Ruge" d'une valeur de 100.000 euros. Dans le programme principal de soutien à la production, le montant ne dépasse généralement pas 1,7 million d'euros et ne peut en aucun cas excéder 50% du budget global du film. Le producteur doit apporter au moins 5% des coûts de production et disposer d'un contrat de distribution.
Il y a quelques années, Düsseldorf était surnommée "Paris-sur-Rhein" en raison du nombre élevé de coproductions avec la France qui y étaient tournées, la plus connue étant certainement Le fabuleux destin d'Amélie Poulain. La Filmstiftung poursuit son soutien aux projets de grande envergure comme le prochain opus de Tom Tykwer Le Parfum qui vient de se voir attribuer 750.000 euros, et aux coproductions international comme le prochain Ken Loach, The Wind That Shakes the Barley [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
fiche film
]
, produit par EMC Asset Management, qui a reçu 250.000 euros.

Les financements fédéraux ont trouvé leur place

Le Centre fédéral du cinéma allemand (Filmförderunganstalt - FFA) est devenu un acteur déterminant dans le financement des films. Avec environ 70 millions d'euros, le budget de ce programme fédéral dépasse celui des ceux principaux fonds régionaux réunis (le FilmFernsehFonds de Bavière et la Filmstiftung de Rhénanie du Nord Westphalie.) Sa mission est de soutenir l'industrie audiovisuel économiquement grâce à ses soutiens sélectifs et automatique, alors que l'autre soutien fédéral, le BKM (Beauftragten der Bundesregierung für Kultur und Medien) réserve ses 30 millions d'euros à des œuvres d'une portée plus culturelle. Par ailleurs, les projets pour enfants et les premiers films peuvent bénéficier du soutien du Kuratorium junger deutscher Film.
Tant de programmes de soutien rendent le système allemand de financement très attractif pour d'éventuels co-producteurs, ce qui explique le nombre relativement élevé de coproductions internationales en comparaison avec les autres pays européens. Membre d'Eurimages et du Programme MEDIA+, les deux organismes européens de soutien à l'industrie cinématographique, l'Allemagne coproduit principalement avec ses partenaires européens. Cependant, depuis 2001 un accord spécial entre le FFA et le Centre national de la cinématographie (CNC) la lie à la France dans le but de dynamiser les coproductions entre les deux pays. L'Académie franco-allemande du cinéma gère ainsi un budget annuel d'environ deux millions d'euros.

L'Allemagne est impliquée sur les 5 continents

Les producteurs allemands ne se cantonnent pas à l'Europe et avec le tout récent World Cinema Fund, qui apporte un soutien aux productions à forte identité culturelle en provenance d'Amérique latine, du Moyen-Orient et d'Asie centrale, ils disposent d'un outil qui renforce encore l'attractivité allemande en matière de coproduction. Le budget annuel du WCF est de 500.000 euros. Les sommes allouées peuvent être dépensées à l'étranger mais un producteur allemand doit être attaché au projet. Les premiers films a avoir été soutenus en début d'année provenaient d'Algérie, d'Argentine, du Brésil, du Kirghizstan, du Liban, du Nigeria et de Palestine.
Avec ses nombreux traités de coproduction (Afrique du Sud, Australie, Bosnie-Herzégovine, Brésil, Canada, Croatie, ERY de Macédoine, Israël, Nouvelle-Zélande) et sa position de membre signataire de la Convention européenne de coproduction cinématographique, l'Allemagne a démontré son intérêt pour le financement des coproductions afin de faciliter les coopérations bilatérales et multilatérales. Pour être officiellement reconnu comme film allemand, une coproduction doit inclure un certain pourcentage de part allemande dans son plan de financement. Une part qui doit être d'au moins 20% si le projet entre dans le cadre d'un traité.

Pandora Film est très certainement une des sociétés les plus engagées dans les coproductions internationales. Ses producteurs bien connus sur la scène internationale (‘Baumi’, Reinhard Brundig, Raimond Goebel et Christoph Friedel) parcourent le monde à la recherche de nouveaux talents. Récemment, ils ont coproduit les œuvres de Kim Ki-Duk, Pan Nalin, Pablo Trapero, Pablo Stoll & Juan Pablo Rebella, pour n'en nommer que quelques uns. Cela montre la marche que pourrait suivre la production allemande dans les années à venir.


Les fonds régionaux allemands :

Medienboard Berlin-Brandenburg (www.filmboard.de )
Date de création : 1994
Nom de la directrice : Kirsten Niehuus
Budget global 2005 : 12 millions d'euros
Budget de soutien à la production 2005 : 9 millions d'euros
Nombre de longs métrages soutenus en 2004 : 46
Gespenster de Christian Petzold
Paradise Now de Hany Abu-Assad

FilmFernsehFonds Bayern (FFF - www.fff-bayern.de)
Date de création : 1996
Nom du directeur : Klaus Schaefer
Budget global 2005 : 30 millions d'euros
Budget de soutien à la production 2005: 20 millions d'euros
Nombre de longs métrages soutenus en 2004: 30
Le pêcheur et sa femme de Dorris Dörie
Le Parfum de Tom Tykwer

North-Rhine Westphalia Filmstiftung (www.filmstiftung.de)
Date de création : 1991
Nom du directeur : Michael Schmid-Ospach
Budget global 2005 : 36 millions d'euros
Budget de soutien à la production 2005 : 25 millions d'euros
Nombre de longs métrages soutenus en 2004 : 32
La vallée des fleurs [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Pan Nalin
Caché [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
fiche film
]
de Michael Haneke

Hessische Filmförderung (www.hessische-filmfoerderung.de)
Date de création : 1996
Nom de la directrice : Maria Wismeth
Budget global 2005: 1.75 million d'euros
Budget de soutien à la production 2005: 1 million d'euros
Nombre de longs métrages soutenus en 2004: 4

FilmFörderung Hamburg GmbH (www.ffhh.de)
Date de création : 1995
Nom de la directrice : Eva Hubert
Budget global 2005: 5.5 millions d'euros
Budget de soutien à la production 2005: environ 3.5 millions d'euros
Nombre de longs métrages soutenus en 2004: 19
Barfuss [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Til Schweiger
Laura's star de Piet de Ricker and Thilo Rothkirch
Don't Come Knocking [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Wim Wenders

MFG Medien- und Filmgesellschaft Baden-Württemberg mbH (www.mfg.de)
Date de création : 1995
Nom de la directrice : Gabriele Röthemeyer
Budget global 2005: environ €20 millions d'euros
Budget de soutien à la production 2005: environ €11 millions d'euros
Nombre de longs métrages soutenus en 2004: 13
Fateless [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Lajos Koltaï (adapté de Imre Kertész)
Requiem [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
fiche film
]
de Hans-Christian Schmid

Mitteldeutsche Medienförderung (www.mdm-online.de)
Date de création : 1998
Nom du directeur : Manfred Schmidt
Budget global 2005: 12 millions d'euros
Budget de soutien à la production 2005: environ €9 millions d'euros
Nombre de longs métrages soutenus en 2004: 14
My Brother Is a Dog de Peter Timm

NordMedia GmbH (www.nord-media.de)
Date de création : 2001
Nom du directeur : Thomas Schäffer
Budget global 2005: 9,1 millions d'euros
Budget de soutien à la production 2005: environ 5 millions d'euros
Nombre de longs métrages soutenus en 2004: 7
Crossing the Bridge – The Sound of Istanbul [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Fatih Akin
The Day Bobby Ewing Died by Lars Jessen

Les fonds fédéraux allemands :

Centre fédéral du cinéma allemand (Filmförderunganstalt – FFA – www.ffa.de)
Date de création : 1968
Nom du directeur : Peter Dinges
Budget global 2005: 70 millions d'euros
Budget de soutien à la production 2005: environ 55 millions d'euros
Nombre de longs métrages soutenus en 2004: 24 (uniquement production)
Les Dalton contre Lucky Luke de Philippe Haim
Sophie Scholl – Les derniers jours [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Marc Rothemund

BKM (Beauftragten der Bundesregierung für Kultur und Medien - www.filmfoerderungbkm.de)
Date de création : 1962
Nom du directeur : Hermann Scharnhoop
Budget global 2005: 30 millions d'euros
Budget de soutien à la production 2005: environ 6 millions d'euros
Nombre de longs métrages soutenus en 2004: 13 (uniquement production)
Oktoberfest de Johannes Brunner
Madonnen de Maria Speth

Kuratorium junger deutscher Film (www.kuratorium-junger-film.de)
Date de création : 1965
Nom de la directrice : Monika Reichel
Budget global 2005: environ 1 million d'euros
Budget de soutien à la production 2005: environ 1 million d'euros
Nombre de longs métrages soutenus en 2004: 19
3° Kälter [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Florian Hoffmeister

World Cinema Fund (World Cinema Fund)
Date de création : 2004
Nom du directeur : Sonja Heinen and Vicenzo Bugno
Budget global 2005: €500,000
Budget de soutien à la production 2005: €500,000
Nombre de longs métrages soutenus en 2004 (premiers films soutenus en février 2005): 9
Paradise Now de Hany Abu-Assad
El Otro de Ariel Rotter

Newsletter

frontieres 300x250

Follow us on

facebook twitter youtube vimeo rss

Pavé Masterclass