Corps et âme (2017)
The Square (2017)
L'Usine de rien de Pedro Pinho
Soleil battant (2017)
La Passion Van Gogh (2016)
La Belle et la meute (2017)
Out (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

email print share on facebook share on twitter share on google+

Dossier industrie: Produire - Coproduire...

European Film Market 2007
Le bon endroit pour promouvoir les films européens

par 

European Film Market 2007 - Le bon endroit pour promouvoir les films européens

- La cuvée 2007 de l'European Film Market (EFM) a été très profitable, comme l'attestent la plupart des professionnels qui placent Berlin presqu'à égalité avec Cannes en termes d'importance.

Berlin rattrape Cannes

Comme c'est l'usage, après un premier weekend frénétique pour les 260 vendeurs et les 878 acheteurs enregistrés, le business et les projections du marché ont connu une accalmie depuis mardi. De manière générale cependant, la cuvée 2007 de l'European Film Market (EFM) a été très profitable, comme l'attestent la plupart des professionnels qui placent Berlin presqu'à égalité avec Cannes en termes d'importance.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

“Berlin est très bien organisé. Situé stratégiquement au centre de l'Europe, c'est de surcroît une scène culturelle de choix", explique la vendeuse experimentée italienne, Adriana Chiesa. “Le marché, géré très professionnellement par Beki Probst, est incontournable pour nous. Depuis que le MIFED a disparu, Berlin se range probablement au même niveau que Cannes, et c'est le lieu par excellence pour promouvoir les films européens.”

A côté des activités de ventes pures et d'achats, des réunions financières et de production ont emplis sans interruption les divers espaces du marché du Martin Gropius Bau (MGB), des bureaux du Potsdamer Platz Business Offices, des hôtels du Ritz, de l'Hyatt et du Marriott.

Même la caravane (défiant le directeur général du festival Dieter Kosslick) de Wild Bunch, construite spécialement pour l'occasion entre le MGB et la Potsdamer Platz, constituait un point chaud du marché, prouvant une fois de plus que les bons produits attirent les clients et les rentrées d'argent.

Le nouveau documentaire sur Osama Ben Laden du réalisateur de Super Size Me, Morgan Spurlock, a fait beaucoup parler de lui, confirmant la tendance du documentaire comme un genre possédant un fort attrait commercial. Le film de Spurlock, actuellement en tournage secret, a été pré-vendu pratiquement à tous les territoires, notamment au Royaume Uni (Optimum Releasing), en France (Diaphana), en Espagne (Alta Films), en Allemagne (Kinowelt) et en Scandinavie (Scanbox).

Plusieurs autres documentaires ont gagné les faveurs des acheteurs du monde entier: dans le line-up de Fortissimo, l'hommage aux Rolling Stones que Martin Scorsese prépare, a séduit Kinowelt (Allemagne), Fox (Royaume Uni, Etats-Unis et Australie), BIM (Italie), Wild Bunch (France) et Vertigo (Espagne).

Katapult Film Sales continue à faire des affaires avec Zidane: A 21st Century Portrait, vendu à l'Allemagne (Kinowelt), l'Espagne (Circulo) et l'Italie (Dolmen); Earth, le documentaire de la BBC Worldwide a été acquis par Lionsgate (Royaume Uni, Etats-Unis et Australie), par Universum (Allemagne), par Gaumont (France), par Wanda (Espagne), par Frenetic (Suisse) et par Prooptiki (Grèce); tandis que Nordisk a vendu Ghost of Cité Soleil de Asger Leth, notamment au Royaume-Uni (Revolver Entertainment) et aux Etats-Unis (ThinkFilm).

Un autre genre continue de faire des adeptes: les films d'horreur. Parmi les grosses productions, The Orphanage du réalisateur espagnol Jose Antonio Bayona coproduit par Guillermo del Toro, a été pré-vendu par Wild Bunch à la Scandinavie (Triangelfilm) aux Etats-Unis (Picture House); Focus Features a pré-vendu Doomsday de Neil Marshall au Portugal (Lusomundo), aux territoires germanophones (Concorde), à la Grèce (Odeon) et emballé dans un lot de trois films, à la France (SND) ainsi qu'en Scandinavie (Scanbox).

Les acheteurs en quête de films de qualité pour enfants pouvaient (comme d'habitude) rendre visite au stand scandinave, mais le titre le plus vendeur cette année -le film d'animation Lotte From Gadgetville [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(lire l'article) – nous venait de contrées encore plus au nord, l'Estonie et la Lettonie, à la grande satisfaction de la société de ventes basée à Stuttgart Sola Media.

Les acheteurs friands des films non-américains en compétition criaient presque famine durant les quatre premiers jours. Heureusement quelques titres présentés par la suite ont eu du succès, comme Hallam Foe [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de David Mackenzie, vendu par Independent Film Sales à l'Allemagne/Autriche (Prokino), à la Scandinavie (Nordisk), à la Grèce (Rosebud) et à la Suisse (Monopole Pathé); la sociétéBavaria Film International, a conclu une demi-douzaine de ventes pour le film de Jiri MenzelI Served the King of England [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, dont la Grèce/Chypre (Ama Films) ainsi que toute l’Amérique Latine.

Les droits d'une poignée de films français d'auteurs ont été acquis par des territoires clefs, tels que Lady Chatterley [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, livré par Films Distribution au Royaume Uni (Artificial Eye) et à la Scandinavie (Future Films), ainsi que Priceless [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Pierre Salvadori vendu par Wild Bunch au Royaume Uni (Icon), aux Etats-Unis (Samuel Goldwyn) et à la Scandinavie (NonStop).

“Les acheteurs américains sont beaucoup plus nombreux, et le Japon, représenté il y a quelques années par seulement deux ou trois acheteurs, est présent en force. On a maintenant l’impression que le monde entier est à Berlin ! a remarqué la responsable de ventes de Nordisk, Susan Wendt.

Voilà d'excellentes nouvelles pour les organisateurs de l'EFM, qui ont superbement réussi en deux ans (suite à l'auto-destruction du MIFED) d'une part à absorber la demande grandissante des professionnels et d'autre part à re-stabiliser le calendrier des marchés du film sur l'année.

Un autre genre continue de faire des adeptes: les films d'horreur. Parmi les grosses productions, The Orphanage du réalisateur espagnol Jose Antonio Bayona coproduit par Guillermo del Toro, a été pré-vendu par Wild Bunch à la Scandinavie (Triangelfilm) aux Etats-Unis (Picture House); Focus Features a pré-vendu Doomsday de Neil Marshall au Portugal (Lusomundo), aux territoires germanophones (Concorde), à la Grèce (Odeon) et emballé dans un lot de trois films, à la France (SND) ainsi qu'en Scandinavie (Scanbox).

Les acheteurs en quête de films de qualité pour enfants pouvaient (comme d'habitude) rendre visite au stand scandinave, mais le titre le plus vendeur cette année -le film d'animation Lotte From Gadgetville [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(lire l'article) – nous venait de contrées encore plus au nord, l'Estonie et la Lettonie, à la grande satisfaction de la société de ventes basée à Stuttgart Sola Media.

Les acheteurs friands des films non-américains en compétition criaient presque famine durant les quatre premiers jours. Heureusement quelques titres présentés par la suite ont eu du succès, comme Hallam Foe [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de David Mackenzie, vendu par Independent Film Sales à l'Allemagne/Autriche (Prokino), à la Scandinavie (Nordisk), à la Grèce (Rosebud) et à la Suisse (Monopole Pathé); la sociétéBavaria Film International, a conclu une demi-douzaine de ventes pour le film de Jiri MenzelI Served the King of England [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, dont la Grèce/Chypre (Ama Films) ainsi que toute l’Amérique Latine.

Les droits d'une poignée de films français d'auteurs ont été acquis par des territoires clefs, tels que Lady Chatterley [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, livré par Films Distribution au Royaume Uni (Artificial Eye) et à la Scandinavie (Future Films), ainsi que Priceless [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Pierre Salvadori vendu par Wild Bunch au Royaume Uni (Icon), aux Etats-Unis (Samuel Goldwyn) et à la Scandinavie (NonStop).

“Les acheteurs américains sont beaucoup plus nombreux, et le Japon, représenté il y a quelques années par seulement deux ou trois acheteurs, est présent en force. On a maintenant l’impression que le monde entier est à Berlin ! a remarqué la responsable de ventes de Nordisk, Susan Wendt.

Voilà d'excellentes nouvelles pour les organisateurs de l'EFM, qui ont superbement réussi en deux ans (suite à l'auto-destruction du MIFED) d'une part à absorber la demande grandissante des professionnels et d'autre part à re-stabiliser le calendrier des marchés du film sur l'année.

 

dans ce dossier

Newsletter

ArteKino
Les Arcs call
Unwanted_Square_Cineuropa_01

Follow us on

facebook twitter rss