Choisissez votre langue en | es | fr | it

Critique : Canine

email print share on facebook share on twitter share on google+

Un drame drôle et mordant

par 

- Après onze ans d'absence en sélection officielle, la Grèce a réussi un retour victorieux dans la section Un Certain Regard du Festival de Cannes 2009

Critique : Canine

Tourné en cinq semaines avec un petit budget à la fin d'un été grec torride, le drame Canine [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Yorgos Lanthimos
fiche film
]
de Yorgos Lanthimos évoque une famille de cinq membres vivant dans l'isolement et dont les enfants ne quittent jamais la propriété familiale ("pas avant que ta canine – dogtooth en anglais – ne tombe"). Leurs parents se chargent de leur éducation scolaire et de leurs divertissements d'une étrange manière, de sorte que leur peur de l'extérieur croît à mesure que s'accentue leur dépendance par rapport à la protection que leur offrent leurs géniteurs.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Ce bonheur familial artificiel est court-circuité quand une femme-agent de sécurité (Anna Kalaitzidou) invitée par le père pour satisfaire les besoins sexuels de son aîné offre un cadeau à la fille de la famille et demande en retour, elle aussi, une faveur sexuelle.

Canine explore la manière dont un "pater familias" dominateur (Christos Stergioglou) arrive à contrôler et rendre tout le monde dépendant, de la mère (Michelle Valley) au fils (Hristos Passalis) et aux filles (Aggeliki Papoulia et Mary Tsoni) en passant par les gens qu'ils choisit soigneusement avant de les amener à sa famille. Yorgos Lanthimos dessine ici la dystopie d'une famille "aseptisée" par peur d'être contaminée par des influences que le père juge inappropriées parce qu'elles pourraient heurter ce qu'il pense être une bonne éducation.

Yorgos Lanthimos utilise des cadrages légèrement tordus pour refléter la perspective déformée de cette famille : les enfants tiennent à peine dans l'écran de manière à souligner la disproportion entre leur croissance physique et leur âge mental. Le réalisateur souligne amplement cette antithèse sans craindre d'insister trop lourdement.

Le toile de fond du récit est une parabole sur la manière dont un meneur de groupe arrive à diluer et altérer la perception qu'a le groupe de la réalité en le cernant sans relâche de murs de mensonges ridicules, des murs qui garantissent non seulement que personne n'échappera à la manipulation mais aussi que les captifs le considèreront même comme une protection.

Lanthimos et son co-scénariste Efthymis Filippou ont truffé le scénario d'implications socio-politiques polies par le sens de l'humour le plus caustique que le cinéma grec ait vu depuis longtemps, et bien que les gags puissent ne pas plaire à tous les goûts, l'excellente interprétation de tous les acteurs, jeunes et adultes, charge le film de l'ambiance assez légère d'une comédie mordante, douce-amère et un peu absurde et en fait une expérience étrange mais drôle autour d'un sujet qui semble au départ difficile.

Les auteurs ont entouré leur film de secret, de même que les protagonistes du film protègent leurs enfants, mais le premier contact de Canine avec le reste du monde a porté ses fruits : chargé de la lourde responsabilité d'être le premier long métrage grec en sélection officielle à Cannes après plus d'une décennie (depuis la Palme d'or de Theo Angelopoulos pour L'éternité et un jour en 1998), Canine a été accueilli avec un énorme enthousiasme par la presse grecque et internationale lors de son avant-première.

"Le prix remporté à Cannes est un honneur monumental pour le cinéma grec en général", estime le producteur Giorgos Tsourgiannis, de la toute nouvelle société grecque Boo Productions. Pour lui, "le fait que des films grecs arrivent réellement à se faire remarquer à l'étranger est une motivation pour tout les gens qui travaillent dans le cinéma en Grèce à travailler encore plus, même si l’on n'aperçoit pas encore de changements dans la manière dont nous faisons les choses".

Tsourgiannis se réfère aux problèmes concernant les aides de l'État au cinéma (lire l'info). "Mais c'est bien de savoir que notre voix peut se faire entendre au-delà de nos frontières", conclut le producteur.

galerie photo

titre international : Dogtooth
titre original : Kynodontas
pays : Grèce
vente à l' étranger : MK2
année : 2009
réalisation : Yorgos Lanthimos
scénario : Efthymis Filippou, Yorgos Lanthimos
acteurs : Anna Kalaitzidou, Christos Stergioglou, Mary Tsoni, Michelle Valley, Aggeliki Papoulia, Hristos Passalis

prix/sélections spéciaux

Cannes 2009 Un Certain Regard
regarder le film en VàD

(Service disponible uniquement en France)

cinando

Follow us on

facebook twitter rss

ArteKino

Newsletter

Les Arcs call
Unwanted_Square_Cineuropa_01