Choisissez votre langue en | es | fr | it

Critique : Gianni et les femmes

email print share on facebook share on twitter share on google+

Entre désir et décadence

par 

- Après le succès du Déjeuner du 15 août, le Jacques Tati de Trastevere revient avec un hommage mélancolique et amusant au monde mystérieux des femmes

Critique : Gianni et les femmes

Tandis que et les femmes [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Gianni di Gregorio
fiche film
]
se prépare à arriver, vendredi 11 février 2011, sur 150 écrans italiens, distribué par 01, avant sa projection le 12 dans la section Berlinale Special du festival, Fandango Portobello, qui s'occupe des ventes internationales du film (ainsi que de The Salt of Life), l'a déjà pré-vendu en France, au Benelux et Suisse.

L'exploit est prometteur pour ce deuxième long métrage en tant que réalisateur, à 62 ans, de Gianni Di Gregorio, après le succès du Déjeuner du 15 août [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
qui avait ravi public et critiques en 2008 avec le Prix De Laurentiis du meilleur premier film à la Mostra de Venise et des récompenses aux David de Donatello et aux Nastri d'Argento, pour ne citer que quelques victoires.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Dans son nouveau film, le "Jacques Tati du Trastevere" (le quartier le plus pittoresque de Rome, où le réalisateur est né) reprend l'excellent personnage de son premier film et nous livre une histoire tout aussi petite et tout aussi universelle. Dans Le Déjeuner du 15 août, Di Gregorio jouait le rôle du fils unique d'une veuve, une noble déchue, capricieuse et dominatrice dont il doit s'occuper. Dans Gianni e le donne, le héros/réalisateur est un retraité que sa femme ignore et que sa fille plaint. La mère (toujours interprétée par l'inénarrable Valeria de Franciscis Bendoni) reste la même : tandis que son fils Gianni dépend d'une misérable retraite, elle vit dans une villa somptueuse du centre de Rome entourée d'oeuvres d'art, s'adonne au poker dans son jardin avec ses amies en consommant du champagne à 200 euros la bouteille et paie pour s'occuper d'elle une Est-Européenne qu'elle couvre de cadeaux. Tandis que Gianni erre dans son quartier en rêvant d'une aventure amoureuse ou ne serait-ce que du sourire d'une jeune femme, sa vieille mère le harcèle de coups à fil pour des raisons qui s'avèrent toujours futiles, comme déplacer légèrement le câble de l'antenne de télévision.

Di Gregorio a eu l'idée de ce film dans le bus, en se rendant compte qu'il était devenu invisible au regard des dames, et de fait s'identifie à son personnage, de la même manière que Nanni Moretti reporte ses idiosyncrasies dans son alter ego, Michele Apicella. Entre mélancolie et divertissement, entre Fellini, Truffaut et le nouveau cinéma des Balkans, Gianni est un hymne à la femme, cet être aussi inconnu qu'adoré, qui exprime dans le même temps son désappointement devant le temps qui file et devant la décadence d'un corps qui était auparavant le reflet de son âme insatiable de vie – une vie paresseuse, certes, mais haute en couleurs et riche en repères sensoriels.

(Traduit de l'italien)

galerie photo

titre international : The Salt Of Life
titre original : Gianni e le donne
pays : Italie
vente à l' étranger : Fandango
année : 2011
réalisation : Gianni Di Gregorio
scénario : Gianni Di Gregorio
acteurs : Gianni Di Gregorio, Valeria De Franciscis Bendoni, Alfonso Santagata, Aylin Prandi

prix/sélections spéciaux

Berlinale 2011 Berlinale Special
regarder le film en VàD

(Service disponible uniquement en France)

cinando

Follow us on

facebook twitter rss

ArteKino

Newsletter

Les Arcs call
Unwanted_Square_Cineuropa_01