Choisissez votre langue en | es | fr | it

Critique : Les Lignes de Wellington

email print share on facebook share on twitter share on google+

Guerre et Paix sur les traces de Raúl Ruiz

par 

- Destins entrecroisés dans le Portugal en guerre du 19e siècle pour Valeria Sarmiento qui a dévoilé son drame historique à la Mostra de Venise 2012

Critique : Les Lignes de Wellington

La version cinématographique — à peine réduite à 150 minutes par rapport à la mini-série en trois parties qui en fera 20 de plus — de Les Lignes de Wellington [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Valeria Sarmiento
fiche film
]
est l’oeuvre qui occupait Raoul Ruiz au moment de son décès. Le producteur portugais Paulo Branco et la cinéaste Valeria Sarmiento, épouse de feu le réalisateur chilien, se sont emparés de son travail préparatoire pour réaliser ce film présenté en compétition à la 69e Mostra de Venise. Les Lignes de Wellington (As Linhas de Torres Vedras, titre de sa version télévisée) est produit avec 35% de financement portugais et 75% de budget français, bien que ces derniers ne soient pas présentés sous leurs plus beaux atours dans leurs uniformes d’envahisseurs rustres, cruels et violents.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

De contexte violent, il en est question dans ce drame épique situé dans le Portugal du 19e siècle, à l’heure où les troupes de Napoléon menées par le Général Massena (Melvil Poupaud, acteur de Raúl Ruiz depuis l’enfance) sont repoussées par l’armée portugaise qui s’est alliée aux soldats anglais du Général Wellington (John Malkovich qui utilise sa présence limitée à l’écran pour apporter un peu de légèreté humoristique). La stratégie de Wellington consiste à battre en retraite pour amener l’envahisseur à s’écraser sur une ligne de hautes fortifications qu’il a fait construire aux abords de Lisbonne. Cette victoire se fera au prix de nombreuses victimes parmi toutes les classes de la population et le film de Sarmiento raconte une série d’histoires corrélées, mettant en scène un florilège très diversifié de personnages abîmés par la force des évènements.

En choisissant un style de réalisation appartenant à la veille école, Valeria Sarmiento renforce la dimension solennelle d’une oeuvre qui se veut à la fois hommage — en témoignent les nombreux invités tels que Catherine Deneuve, Isabelle Huppert, Mathieu Amalric, Michel Piccoli, Chiara Mastroianni, etc. — et témoignage historique directement recueilli au niveau humain. Ainsi, il est très peu question des grandes figures de ce combat incarnées par John Malkovich et Melvil Poupaud. Le film ne s’attarde pas plus — dénouement compris — sur des scènes de grandes batailles explosives. La caméra, au contraire, reste principalement avec les petits acteurs du conflit ou ses victimes. Ainsi, le scénario de Carlos Saboga fait la part belle au personnage interprété par Carloto Cotta (Tabu [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Miguel Gomes
interview : Miguel Gomes
fiche film
]
), un soldat blessé au combat qui retrouve ses compagnons d’armes. Parmi eux, un fermier devenu combattant pour son pays, le charismatique Nuno Lopes (Sangue Do Meu Sangue [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
) est le héros du segment le plus développé dans le film.

Les Lignes de Wellington navigue entre ses arcs narratifs sans sacrifier la fluidité d’une oeuvre qui aurait pu facilement s’enliser dans une durée hors normes. Le crédit de ce découpage revient entièrement à sa réalisatrice. Valeria Sarmiento a mis en scène un film qui lui est propre, inspiré par les nombreuses discussions qu’elles a partagées avec son époux avant sa mort.

Le résultat est une oeuvre à part entière, bien ficelée et crédible historiquement. Il ne s’agissait pas de réaliser un film à la manière de Raúl Ruiz, mais plutôt de figurer parmi une longue série de réalisateurs à dédier au maître chilien, le fruit de leur travail.

galerie photo

titre international : Lines of Wellington
titre original : As Linhas de Wellington
pays : France, Portugal
vente à l' étranger : Alfama Films
année : 2012
réalisation : Raoul Ruiz, Valeria Sarmiento
scénario : Carlos Saboga
acteurs : Adriano Luz, Marisa Paredes, John Malkovich, Mathieu Amalric, Melvil Poupaud, Malik Zidi, Isabelle Huppert, Catherine Deneuve, Chiara Mastroianni, Michel Piccoli, Victória Guerra

prix/sélections spéciaux

Biennale di Venezia 2012 Compétition Officielle
regarder le film en VàD

(Service disponible uniquement en France)

cinando

Follow us on

facebook twitter rss

ArteKino

Newsletter

Unwanted_Square_Cineuropa_01