Choisissez votre langue en | es | fr | it

Critique

email print share on facebook share on twitter share on google+

Lolo : quand le complexe d'Oedipe fait rire

par 

- VENISE 2015 : La nouvelle comédie de Julie Delpy raconte une histoire d'amour apparemment impossible entre un homme et une femme, rendue encore plus compliquée par la jalousie du fils de cette dernière

Critique
Dany Boon, Julie Delpy et Vincent Lacoste dans Lolo

Trouver l'amour quand on a la quarantaine n'est pas chose facile, surtout quand les deux intéressés sont de milieux sociaux diamétralement opposés. Et si le fils de la femme, extrêmement jaloux, leur met des bâtons en plus dans les roues, la chose devient presque impossible. Dans Lolo [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Julie Delpy, Dany Boon
fiche film
]
de Julie Delpy, qui a fait son avant-première mondiale aux 12èmes Journées des Auteurs/Venice Days, Violette et Jean-René vont néanmoins tenter l'expérience. Le résultat est une comédie aussi pétillante que pertinente, riche en trouvailles géniales et en boutades, sur la diversité en matière d'amour et sur les enfants-tyrans.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Violette et Jean-René, joués par July Delpy et Dany Boon, sont en effet aux antipodes l'un de l'autre : elle est parisienne, sophistiquée et travaille dans la mode (elle a même Karl Lagerfeld parmi ses amis) ; il vient de Biarritz, travaille dans l'informatique et son loisir est la pêche. La première étincelle entre eux deux se produit à l'improviste quand elle va en vacances dans le sud de la France, sous les yeux incrédules de son amie Ariane (Karin Viard), tout aussi parisienne et snob. Comme il est muté à Paris, leur histoire d'amour continue après l'été et elle semble avoir le vent en poupe quand entre en scène le fils de Violette, qui a 19 ans. Eloi dit Lolo (Vincent Lacoste) étant habitué à ce que l'attention de sa mère soit entièrement tournée vers lui, il se lance dans une opération de sabotage sans pitié où il utilise à son profit l'amour inconditionel que lui voue sa mère et l'ingénuité désarmante de Jean-René.

Delpy et Boon forment à l'écran un couple irréaistible. "J'ai écrit le scénario avec Dany en tête, explique la réalisatrice/acterice, car il me semblait parfait pour ce personnage, qui est très sympathique au premier abord mais provoque en fait des émotions contrastées". Jean-René, toujours habillé de manière improbable, exprime souvent son admiration pour Violette, notamment pour son parfum : Chanel n°.5. Il faut signaler l'excellence des dialogues entre Delpy et Viard, qui ne mâchent pas leurs mots quand elles parlent de sexe et des hommes. "Le rythme du film est américain, mes références sont Blake Edwards et les comédies de situation hollywoodiennes d'antan, explique Delpy, mais Lolo est avant tout un film sur l'amour après 40 ans : "Pour une femme de 45 ans, il n'est pas facile de se refaire une vie". Chasser son grand fils de chez soi avant qu'il ne vous rende folle est sans doute un bon point de départ.

Lolo, qui après Venise va rallier Toronto, a été produit par Michael Gentile pour The Film, en coproduction avec France 2 Cinéma, Mars Films, Wild Bunch et Tempête sous un crâne. Les ventes internationales du film sont assurées par Wild Bunch.

(Traduit de l'italien)

galerie photo

titre international : Lolo
titre original : Lolo
pays : France
vente à l' étranger : Wild Bunch
année : 2015
réalisation : Julie Delpy
scénario : Julie Delpy, Eugénie Grandval
acteurs : Julie Delpy, Dany Boon, Vincent Lacoste, Karin Viard, Georges Corraface

prix/sélections spéciaux

Venice Film Festival 2015
Venice Days, Laguna Sud Award: Meilleur Film
Toronto International Film Festival 2015
Gala Presentations
cinando

Follow us on

facebook twitter rss

Newsletter

ArteKino