Choisissez votre langue en | es | fr | it
Fiore

Critique

email print share on facebook share on twitter share on google+

Fiore : l’éclosion d’une fleur dans un établissement pour mineurs

par 

- CANNES 2016 : Le quatrième long-métrage de Claudio Giovannesi raconte l’histoire touchante de deux "criminels" adolescents qui tombent amoureux en prison

Critique
Daphne Scoccia dans Fiore

Le père sort juste de prison, la fille y entre à peine. Tout repose sur cette relation familiale forte et pleine de tempérament dans Fiore [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
Q&A : Claudio Giovannesi
fiche film
]
, le quatrième long-métrage de Claudio Giovannesi, sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes, tout comme Fais de beaux rêves [+lire aussi :
critique
bande-annonce
Q&A : Marco Bellocchio
fiche film
]
de Marco Bellocchio.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)Cine Iberoamericano Int

Les premières minutes du film nous présentent le personnage principal, Daphne (Daphne Scoccia), et l’activité à laquelle elle s’adonne le plus souvent : mettre un couteau sous la gorge des gens pour leur voler leur smartphone dans les stations de métro les moins fréquentées de Rome. Finalement arrêtée par la police, Daphne se retrouve dans un établissement pénitentiaire mixte pour mineurs dans lequel les quartiers des filles et des garçons sont séparés mais voisins. Bien qu’aucun contact ne soit autorisé entre eux, filles et garçons se parlent furtivement à travers les barreaux des fenêtres qui donnent sur la cour ou pendant le seul moment qu’ils passent ensemble : la messe du dimanche. C’est ainsi que Daphne rencontre un détenu originaire de Milan et prénommé Josh (Josciua Algeri). Les deux jeunes ne tardent pas à devenir de très bons amis grâce aux lettres qu’ils réussissent à s’échanger en cachette en utilisant les chariots de la cantine.

Le réalisateur a choisi de raconter l’histoire du point de vue de l’héroïne jusqu’à la fin du film. Il s’agit d’un regard très mobile, comme celui d’un animal en cage. En effet, Daphne est une rebelle qui n’a pas peur d’être enfermée dans une cellule ou de se heurter à d’autres jeunes détenues, même si elle subit un changement inévitable sur le plan émotionnel. Son père (Valerio Mastandrea) tarde à lui rendre visite, car il vient tout juste de sortir lui-même de prison, et c’est avec sa nouvelle compagne (Laura Vasiliu) qu’il vient finalement voir sa fille.

En définitive,Fiore est une histoire d’amour semée d’embûches, comme toutes les histoires d’amour. Mais dans ce film, nous avons affaire à deux formes d’amour : celui d’une adolescente pour son père (dont Daphne a le nom tatoué sur son bras), un homme au passé criminel qui ne se sent pas à sa place lorsqu’il retrouve sa liberté et qui néglige sa fille parce qu’il doit reconstruire sa propre vie, et l’amour qui s’épanouit entre deux jeunes gens. Née en prison, cette histoire d’amour va aussi se développer à l’extérieur, après l’évasion du couple.

Giovannesi est diplômé du Centre expérimental du cinéma de Rome (Centro sperimentale di cinematografia) et a débuté sa carrière en réalisant des documentaires, ce qui se ressent dans son approche du long-métrage de fiction. Par exemple, l’objectif de son film Alì a les yeux bleus [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Claudio Giovannesi
festival scope
fiche film
]
était de décrire un aspect de la société italienne, la vie en banlieue, en nous montrant simplement la situation sans émettre de jugement. Pour faire Fiore, le réalisateur et ses coscénaristes Filippo Gravino et Antonella Lattanzi ont fréquenté l’établissement pénitentiaire pour mineurs de Rome pendant six mois et ont notamment découvert que la prison est souvent "héréditaire", puisque les parents de la plupart des adolescents détenus dans cet établissement ont eux‑mêmes déjà été condamnés à une peine de prison. Dans Fiore, le cinéaste nous révèle toute l’innocence qui se cache à l’intérieur de ces "criminels" adolescents que la société a décidé de mettre sous les verrous. Le choix de faire appel à deux acteurs amateurs (la jeune femme est serveuse dans la vie et le jeune homme a seulement suivi quelques cours de théâtre dans l’établissement pénitentiaire pour mineurs de Milan) ne fait que rapprocher la fiction de la réalité, tout comme la photographie magistrale de Daniele Ciprì.

Chaque film italien a sa propre chanson. Dans le cas présent, il s’agit de Maledetta primavera, interprétée dans l’établissement par une star issue du télé‑crochet Amici et suggérée au réalisateur par une autre cinéaste, Alice Rorhwacher. Les ventes internationales de Fiore sont gérées par Rai Com. La sortie du film est prévue pour le 25 mai à Rome et à Milan, puis à partir du 1er juin dans le reste de l’Italie, où BIM est en charge de sa distribution.

(Traduit de l'italien)

galerie photo

titre original : Fiore
pays : Italie, France
vente à l' étranger : Rai Com
année : 2016
réalisation : Claudio Giovannesi
scénario : Claudio Giovannesi
acteurs : Valerio Mastandrea, Filippo Gravino, Antonella Lattanzi, Daphne Scoccia, Josciua Algeri

prix/sélections spéciaux

Cannes Film Festival 2016
Quinzaine des Réalisateurs
Mediterranean Film Festival of Montpellier 2016 
Seville European Film Festival 2016 
Brussels Mediterranean Film Festival 2016 
cinando

Follow us on

facebook twitter rss

Newsletter

CNC conférence 6 decembre
Les Arcs