Choisissez votre langue en | es | fr | it

Interview : Philip Groening • Réalisateur

email print share on facebook share on twitter share on google+

Le tempérament des images

par 

- Né à Düsseldorf en 1959, Philip Gröning a commencé très tôt à travailler pour le cinéma et la télévision, dans différentes fonctions avant de se tourner vers la mise en scène

Interview : Philip Groening • Réalisateur

Les meilleures histoires vous viennent sans crier gare. "Soudain, une soirée, une nuit, le sujet est là devant vous, ainsi que les personnages et les scènes-clef". Peu de réalisateurs allemands fuient les conventions comme le fait Philip Gröning. Au vu des six films qu'il a fait en vingt ans, on ne peut qu'être impressionné par l'étendue et la variété des intérêts de l'auteur, de Summer, récit d'une relation père-fils dont le style calme et concentré rappelle Bresson, à Stachoviak!, film de 35 min dont le statut de "documentaire" est forcément ironique, puisqu'il s'agit du parcours introspectif d'un fauteur de troubles en quelques images fragmentaires et très subjectives, en passant par The Terrorists!, film trépidant qui analyse les dynamiques de groupe et les tendances bourgeoises réprimées d'une bande de gauchistes qui préparent un assassinat, et par la fraîche romance L'Amour, L'Argent, L'Amour. Into Great Silence, méditation philosophique sur la sensualité du désir d'évasion, complète la liste.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Gröning filme tantôt à l'épaule, tantôt en cinémascope ; dans Into Great Silence, les images à gros grain prises en super 8 et les images numériques se succèdent et développent leur rythme particulier. Chez Gröning, une image peut être pâle et expérimentale ou au contraire d'une parfaite netteté. Malgré cette versatilité dans le style, la manière de Gröning et ses idées sont inmanquables : "Le tempérament des images et celui de l'histoire doivent s'accorder". Gröning traite de ses sujets méticuleusement, assortissant son travail de recherches en profondeur, écrivant tout — scénario et autres documents de travail — à la main et cherchant toujours ce faisant à trouver la forme la plus appropriée au film. "Les personnages qu'on présente aux spectateurs évoluent dans le film, et en termes de forme, je pense que le film doit suivre exactement le même mouvement. Cela doit déterminer le style et la manière d'aborder le sujet". Le même problème se présente de nouveau au moment du montage : "on ne tourne jamais le film qu'on voulait tourner. En tout cas pas moi". Faire un film, selon Gröning, consiste à faire parler le sujet. Gröning voit son travail comme du cinéma d'auteur, car il y exprime une certaine vision de la vie, du monde et du cinéma et s'efforce de le faire avec une cohérence remarquable. Ce n'est pas innocent si en français, le cinéaste s'appelle "réalisateur" — il "réalise" quelque chose.

Dès le départ, même à l'étranger, le public a reconnu cela : Summer a eu un gros succès, suscitant panégyriques et débats. The Terrorists! a soulevé des questions politiques, car le Chancellier allemand de l'époque s'y est senti attaqué et a cherché (en vain) à discréditer le film. L'Amour, L'Argent, L'Amour a reçu son premier prix à Locarno, après quoi il a remporté le Prix Max Ophüls. Ce film a redonné espoir à tout le cinéma allemand : surprenant, hors-normes, merveilleux et presque irréel, il raconte l'histoire de deux handicapés berlinois qui se rencontrent et partent en Normandie, comme des nouveaux Seberg et Belmondo. Dans ce film, comme toujours chez Gröning, ce n'est pas tant l'histoire qui compte que les images et les émotions qu'elles suscitent ; l'amour y est représenté comme un voyage dans l'inconnu, à la fois triste et beau. Là, de même que dans Into Great Silence, les personnages sont des marginaux, "des gens qui vivent dans leur univers propre et sont en conflit avec le monde extérieur". Philip Gröning, qui pensait devenir psychiatre, sait bien que le cinéma n'est intéressant que quand il altère nos perceptions. Après quatre longs métrages, l'auteur, encore jeune, a le potentiel pour devenir l'un de meilleurs.

En collaboration avec German Films Quaterly

galerie photo

titre international : Into Great Silence
titre original : Die Grosse Stille
pays : Allemagne, Suisse, France
vente à l' étranger : Global Screen GmbH
année : 2006
réalisation : Philip Gröning
scénario : Philip Gröning

prix/sélections spéciaux

EFA 2006 Meilleur Documentaire Européen
Venise 2006 Horizons (sélection)
Bavarian Film Award 2005 Meilleur documentaire
German Film Critics Award 2005 Meilleur documentaire
regarder le film en VàD

(Service disponible uniquement en France)

cinando

Follow us on

facebook twitter rss

ArteKino

Newsletter

Les Arcs call
Unwanted_Square_Cineuropa_01