Choisissez votre langue en | es | fr | it

Interview : Ivaylo Hristov • Réalisateur

email print share on facebook share on twitter share on google+

"Je voulais donner à de jeunes acteurs une chance de montrer leur talent"

par 

- Rencontre avec le réalisateur bulgare Ivaylo Hristov, lauréat du Georges d'or du Festival international de Moscou avec Losers

Interview : Ivaylo Hristov  • Réalisateur

Cinq ans après la sortie de Footsteps in the Sand, l'acteur, réalisateur et scénariste Ivaylo Hristov présente Losers [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Ivaylo Hristov
fiche film
]
, un récit d'apprentissage en noir et blanc filmé par le chef-opérateur le plus estimé de Bulgarie, Emil Christov. Cineuropa s'est entretenu avec le réalisateur à l'occasion de la sortie du film en Bulgarie.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)Cine Iberoamericano Int

Cineuropa : Vous êtes acteur, scénariste, réalisateur et professeur d'art dramatique à l'Académie nationale de cinéma et théâtre de Bulgarie, à Sofia. En quoi cette vaste expérience vous a-t-elle aidé sur Losers ?
Ivaylo Hristov : Bien que ces métiers puissent sembler différents, chacun contribue à l'exercice des autres : mon travail d'acteur et professeur d'art dramatique m'aide dans mon travail avec les acteurs, le fait d'être réalisateur m'apporte en tant que scénariste, et le fait d'être scénariste me sert en tant qu'acteur, enseignant et réalisateur. Ce qui compte avant tout pour moi, ce que j'aime, c'est raconter des histoires, que je sois en cours, sur scène, devant ou derrière la caméra. C'est formidable de raconter des histoires : imaginez ce que serait l'humanité sans histoires !

Losers semble avoir été conçu pour faire connaître de jeunes acteurs au public. Aviez-vous cela en tête dès l'écriture du scénario ?
J'ignore ce qu'il en est dans les autres pays, mais en Bulgarie, les jeunes qui cherchent à développer leur art font face à mille obstacles. Ils ont très peu de possibilités d'exprimer leur potentiel et de se faire une carrière : les théâtres ont des difficultés financières, le pays produit trop peu de films, les chaînes n'ont pas grand chose à proposer au-delà de la pub et des feuilletons de basse qualité. Mon objectif était d'écrire un scénario qui donne à de jeunes acteurs une chance de montrer leur talent devant la caméra. J'espère que ça les aidera par la suite et sinon, il nous restera toujours ce film.

Un personnage dans le film dans "tous les Bulgares sont des losers", ce qui peut paraître dur, pour un spectateur étranger. Que signifie exactement le mot bulgare utilisé dans cette phrase, "karatsi" ? A-t-il un sens difficile à traduire ?
Il y a toujours des nuances subtiles qui se perdent dans les traductions, aussi parfaites soient-elles. En bulgare, le mot karatsi n'a pas de connotation négative ; il implique une certaine ironie ainsi que de l'empathie à égard de celui qu'on qualifie de “karak” (loser). Il est également teinté de tristesse, comme un sourire contraint. Après, s'il est vrai qu'un des personnages dit que tous les Bulgares sont des perdants, on lui répond qu'il y a des perdants partout, pas seulement en Bulgarie. Le mot renvoie à tous ces gens intelligents, sensibles, talentueux, mais inadaptés qui se trouvent rejetés par le système.

Quels avantages y a-t-il à faire des films en Bulgarie pour un réalisateur, et quels sont les inconvénients ?
Je n'ai jamais réfléchi en ces termes. Je vis dans ce pays et donc je fais des films dans ces circonstances-là. Les conditions sont sans doute bien meilleures ailleurs, mais ailleurs, je ne pourrais pas faire de films. Comme on dit : "On ferait peut-être mieux ailleurs, mais pour le moment, c'est ici qu'on est !"

Vous avez laissé passer cinq ans entre Footsteps in the Sand et Losers. Attendrez-vous 2020 pour lancer le prochain  film ou avez-vous déjà une nouvelle histoire en tête que vous voudriez porter sur le grand écran ?
J'espère bien faire un autre film avant, mais on verra. J'ai envie d'explorer la notion de "plus grande peur qu'on puisse avoir", de crainte terrible existant au plus profond de nous qui nous empêche de vraiment communiquer et d'être vraiment libres.

 

(Traduit de l'anglais)

galerie photo

titre international : Losers
titre original : Karatsi
pays : Bulgarie
année : 2015
réalisation : Ivaylo Hristov
scénario : Ivaylo Hristov
acteurs : Ovanes Torosyan, Kristina Yaneva, Yovana Yordanova, Georgi Gotsin, Plamen Dimov, Deyan Donkov

prix/sélections spéciaux

Moscow International Film Festival 2015 
San Sebastián International Film Festival 2015
Zabaltegi
Golden Rose Film Festival 2015 
Sofia International Film Festival 2016
Prix du syndicat des critiques bulgares
cinando

Follow us on

facebook twitter rss

Newsletter

Home Sweet Home
Les Arcs